"Danse avec les stars 10" : Elsa Esnoult répond cash aux sous-entendus de Clara Morgane

Alors que la Saison 10 de Danse avec les stars s'achèvera le samedi 23 novembre, les éliminés enchaînent les interviews pour parler de leur expérience dans ce programme phare de TF1 mais aussi de l'ambiance qui règne hors plateau. Et force est de constater qu'une fois en dehors du parquet de l'émission, certains candidats n'hésitent pas à donner leur avis plus ou moins cash sur les autres participants. L'élimination le 26 octobre dernier du couple formé par Clara Morgane et Maxime Dereymez alors qu’ils étaient en tête du classement du jury a surpris beaucoup de monde, dont les principaux intéressés. Comme le rapporte Voici, invitée de Sud Radio le 13 novembre dernier, Clara Morgane a déclaré : "À partir du moment où le SMS est payant, ça devient une question de “Qui a le plus de moyens pour envoyer massivement des SMS ?” Une allusion à Elsa Esnoult, éliminée en demi-finale dont le parcours a été vivement critiqué sur les réseaux sociaux. Et pour cause, elle était très régulièrement dernière du classement.

⋙ Elsa Esnoult en quart de finale de DALS : les internautes s'insurgent

Premier à défendre sa petite protégée, Jean-Luc Azoulay, le créateur de la série les Mystères de l'amour dans laquelle joue la partenaire d'Anthony Colette a immédiatement répondu aux déclarations de Clara Morgane : "Ce n’est pas une question d’argent mais de volume." Interviewée par Télé-Loisirs lundi 18 novembre, la principale intéressée a justifié son parcours dans l'émission : "J’ai un public et ce n'est pas du tout le public le plus riche, ce sont juste des gens investis. Les gens que je rencontre, c'est Monsieur et Madame Tout-le-monde... Souvent j'ai face à moi des gens qui me disent : “'On a économisé pour pouvoir s'acheter une place de concert'”, raconte-t-elle. "Ce sont des vrais gens qui me suivent derrière, ce ne sont pas juste des followers qui likent une photo", a-t-elle expliqué avant de préciser que la meneuse de revue se trompait et qu'elle n'était ni la première ni la dernière

(...) Cliquez ici pour voir la suite