“Danse avec les stars” : Fabienne Carat dénonce les méthodes de la production

Danse avec la vie. C’est le titre de la biographie de l’actrice Fabienne Carat, dont la sortie est prévue pour le 20 mai 2020 aux éditions Michel Lafon. Danse avec la vie, c’est l’histoire d’une “petite fille de la campagne qui rêvait en secret qu’un jour elle irait à Paris danser et jouer la comédie.” C’est l’histoire d’un rêve devenu réalité, “en dépit des brimades, moqueries et harcèlement auxquels la vie l’a confrontée.” Dans cet ouvrage, la star de Plus belle la vie, série phare de France 3, revient notamment sur son passage sur la Une dans la saison 6 de l’émission Danse avec les stars, en 2015, au côté du danseur Julien Brugel. Et selon Télé-Loisirs, qui publie ce lundi 23 mars les bonnes feuilles du livre, sa participation ne lui a pas laissé que des bons souvenirs… Ainsi, Fabienne Carat n’hésite-t-elle pas à égratigner la production de TF1. Selon elle, certains candidats seraient extrêmement favorisés par rapport à d’autres. “Des musiques à l'ordre de passage, en passant par la notoriété du danseur partenaire, tous les détails mis bout à bout influencent le classement”, écrit Fabienne Carat dans son livre. “De là à dire que la production tire les ficelles. En tous cas, il est clair que nous ne partons pas tous avec les mêmes chances. Comme dans la vie finalement.” Elle se souvient par ailleurs de la sévérité avec laquelle le juge Chris Marques - connu pour ses notes impitoyables - l’évalue. “Derrière son pupitre, Chris Marques se montre souvent dur avec moi. Quelle que soit ma prestation, son carton affiche désespérément la note de quatre.”

"Ne t'étonne pas si tu es éliminée samedi prochain"

Deux anecdotes lui reviennent également en tête. La première, sur une danse que la production aurait, selon Fabienne Carat, décidé de boycotter sans explication. “La production veut nous voir danser sur la bande originale de Dirty Dancing”, détaille la comédienne. “L'un de mes films cultes et surtout le rêve absolu de Julien ! [...] Des dizaines et des dizaines de fois je

(...) Cliquez ici pour voir la suite