Dark Waters : Mark Ruffalo, « se révolter me semble tout à fait normal »

Françoise Delbecq

L’acteur engagé produit « Dark Waters », de Todd Haynes. Il y interprète un avocat qui affronte une multinationale. Il revient avec nous sur sa carrière, ses batailles… Et son rôle de Hulk.                                                                                        

C'est un teigneux. Mark Ruffalo entre dans la peau de ses personnages comme on part à la guerre. Dans « Spotlight », il jouait un journaliste du « Boston Globe » qui dévoilait le scandale des prêtres pédophiles. Dans « Dark Waters », de Todd Haynes (« Carol », « I'm Not There », « Safe »…), il campe Robert Bilott, l'avocat qui a dénoncé le scandale des rejets toxiques des usines chimiques DuPont, cause de nombreux cancers en Virginie-Occidentale. Une bataille judiciaire à la David contre Goliath qui a duré deux décennies. Révélée par le « New York Times Magazine », l'affaire a tout de suite passionné Mark Ruffalo, qui a décidé d'être l'un des producteurs du film. À la manière d'« Erin Brockovich » ou du « Mystère Silkwood », cette histoire captivante et très documentée met en évidence le profond désir de justice de l'acteur. Ardent défenseur de la cause environnementale, Mark Ruffalo n'en est pas moins fier de ses prestations en Hulk, le géant vert qui bombe le torse quand on l'embête. Rencontre avec un homme de conviction qui soutient le démocrate Bernie Sanders dans le cadre de la prochaine campagne présidentielle.                                     

ELLE. Le réalisateur Todd Haynes est connu pour ses héroïnes. Comment l'avez-vous convaincu de participer à « Dark Waters », qui est une affaire d'hommes ?      

MARK RUFFALO. Au début, il était un peu sur la réserve. Je le comprends. Jusqu'à « Dark Waters », il...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi