D'Astérix à Plus belle la vie, Nadège Beausson-Diagne raconte ses expériences de racisme

·1 min de lecture

Pour l'actrice Nadège Beausson-Diagne, le racisme dans le cinéma a débuté dès ses années d'études au Conservatoire. Mais elle l'a aussi subi sur les castings et les tournages, comme elle l'explique dans l'émission Ça fait du bien, en parvenant malgré tout à garder le sourire. Pendant quatre ans, de 2010 à 2014, Nadège Beausson-Diagne a incarné dans Plus belle la vie la commissaire Douala. L'actrice faisait alors parfois réécrire des scènes. Comme lorsque son personnage devait cuisiner un colombo de poulet, un plat antillais, alors que ses origines étaient inconnues. 

>> Retrouvez toutes les émissions d'Anne Roumanoff de 11h à 12h30 sur Europe 1 en replay et en podcast ici

"C'est comme si le téléspectateur qui s'endormait se réveillait en découvrant qu'il y a une femme noire. Donc il faut lui rappeler que cette femme noire mange des plats de noirs", s'amuse la comédienne. "Je trouvais que c'était un petit stéréotype. Mais il y en a eu d'autres." Comme lorsqu'elle a quitté la série de France 3 et qu'il a fallu filmer le départ de son personnage.

"On lutte encore aujourd'hui pour casser les stéréotypes"

"Je devais emporter ce qu'il y avait sur mon bureau", se souvient Nadège Beausson-Diagne. "Et là, et je vous assure, il n'y avait que des choses exotiques, qui n'étaient pas du tout avant dans mon bureau." Une situation dont la comédienne s'amuse, car elle les estime bien moins grave que ce qu'elle a vécu à ses débuts. "C'était horrible. On avait vraiment l'impression d'êtr...


Lire la suite sur Europe1