EN IMAGES - David Bowie disparaissait il y a 5 ans : retour sur la vie de l'artiste et ses histoires d'amour

Virginie Guichaoua
·11 min de lecture
Photo by Michael Ochs Archives/Getty Images
Photo by Michael Ochs Archives/Getty Images

Il y a cinq ans, David Bowie nous quittait. Décédé d’un cancer le 10 janvier 2016 à l’âge de 69 ans, le chanteur britannique et icône absolue du rock aura marqué à lui seul de son empreinte le monde de la musique. À l’occasion de l’anniversaire de sa disparition, retour sur la vie et les amours de l’artiste.

Il a révélé sa bisexualité dans les années 70

Véritable extraterrestre dans le monde très macho du rock des années 70, David Bowie, en déboulant en 1972 avec son personnage outrageusement maquillé de Ziggy Stardust, a permis de redéfinir à sa façon les codes de la sexualité attribués d’ordinaire aux hommes et aux femmes. Cultivant une image volontairement androgyne, il n’avait pas hésité à déclarer à la même époque qu’il était bisexuel. Une ambiguïté qu’il se plaira à maintenir quelques années, avant de changer de braquet au cours de sa carrière et d’adopter une image plus straight. “J’ai dragué tout le monde. C’était une période merveilleusement irresponsable”, riait il y a encore quelques années le principal intéressé au micro de la BBC. Bien que marié deux fois avec des femmes, l’artiste anglais laissera sans mal courir certains bruits sur son compte, permettant ainsi à plusieurs générations de minorités sexuelles de s’exprimer en s’identifiant à celui qui maniait avec brio le mélange des genres.

VIDÉO : 5 choses que vous ne savez pas sur David Bowie

Qui était Angie, sa première femme ?

Dans les années 60, David Bowie avait fait la rencontre d’Angela Barnett, dit “Angie”, une jeune Américaine de 19 ans à l’époque avec qui il formera pendant plusieurs années un couple plutôt libre. Les deux tourtereaux mèneront en effet ensemble une vie assez décousue, comme le racontera plus tard l’ex-épouse de la star, qui n’hésitera pas à révéler quelques secrets d’alcôves bien gratinés. “La veille de notre mariage, nous avions fait une partie à trois avec des amis. (...) Nous avions eu une nuit très courte. Nous ne sommes pas allés nous coucher avant 3 ou 4 heures du matin. J'ai regardé David coucher avec tout ce qui bougeait”, avait-elle ainsi confié sans rougir en 2013 à Paris Match. Marié en 1970, les amoureux – qui auront un garçon prénommé Duncan Jones – divorceront dix ans plus tard au grand dam d’Angie, qui ne pardonnera jamais au rockeur britannique de l’avoir quittée. “Il a refusé de me donner une indemnité de départ pour les dix années que j'ai passées à jouer son manager”, rageait encore ces derniers temps l’ex-concubine du chanteur qui estime avoir été flouée par lui, et qui n’hésitera jamais à l’égratigner dans la presse. “Chaque album depuis son premier est un déchet. C’est censé être le come-back du siècle ? C’est ennuyeux”, avait-elle déclaré au moment de la sortie de l’album Next Day en 2013.

Photo by Peter Stone/Mirrorpix/Getty Images
Photo by Peter Stone/Mirrorpix/Getty Images

Son mariage avec le mannequin Iman, le grand amour de sa vie

Au début des années 90, David Bowie fait la connaissance de la top model Iman Abdulmajid : c’est le coup de foudre. Très épris l’un de l’autre, les tourtereaux se marieront en 1992 et vivront jusqu’à la mort du chanteur en 2016, une longue histoire d'amour de 25 ans couronnée par l’arrivée d’une petite Lexi en 2000. Évoquant rarement sa vie privée dans les médias, sauf en de rares occasions, Iman Bowie racontait en 2014 ce qui l’avait séduite chez son partenaire : “Comme je le dis toujours, je suis tombée amoureuse de David Jones. Pas de David Bowie. Bowie n'est qu'un personnage. David Jones est l'homme que j'ai rencontré”, expliquait la jeune femme, qui avait fait la connaissance de l’auteur de Let's Dance par l’intermédiaire de leur coiffeur commun. Inconsolable depuis le décès de son mari, la muse d’Yves Saint Laurent s’était confiée au début de cette année à l’occasion de l’anniversaire de la disparition de son époux au magazine Harper's Bazaar. “C'était mon véritable amour. Ma fille m'a demandé un jour si je me marierais à nouveau et j'ai répondu ‘jamais’. Nous avions une vie magnifique et ordinaire et c'était ce qui était merveilleux. (...) J'aurais voulu que nous ayons eu plus d'années”.

Photo by Ron Galella/Ron Galella Collection via Getty Images
Photo by Ron Galella/Ron Galella Collection via Getty Images

Il aurait eu une relation avec un célèbre présentateur de JT français !

Journaliste star des années 80, Yves Mourousi n'a jamais caché qu'il avait eu des relations avec des hommes. Et David Bowie pourrait bien avoir fait partie de sa liste. C’est en tout cas ce qu’affirmait en 2018, dans son autobiographie intitulée Il faut que je vous raconte, l’ex-vedette du petit écran Danielle Gilbert, amie de longue date de l’ancien acolyte de Marie-Laure Augry. “Yves Mourousi représentait toutes les facettes d'un être humain : cultivé, sensible, attentif à l'autre, ne reculant pas devant les excès, ayant vécu un certain temps avec David Bowie pour finir par épouser Véronique”, avait ainsi lâché dans son ouvrage l’ancienne speakerine, qui dans une interview accordée un peu plus tard à VSD, avait consenti à en dire un peu plus. “Yves parlait beaucoup de David Bowie. Ça se savait partout. Ils ont vécu une très belle histoire ensemble. Tous les deux étaient de fortes personnalités qui ne ressemblaient à personne d'autre et qui s'étaient rencontrées, deux extravagants avec une dimension supérieure”, avait ainsi confié l’ex-présentatrice de Midi Première à propos de la romance vécue entre la star du rock et le populaire présentateur du JT de TF1.

VIDÉO : Icône du rock, défenseur des droits de l'homme… Retour sur la vie hors-norme de David Bowie

Une relation aussi avec Mick Jagger ?

Histoire avérée ou fantasmée, il s’est souvent murmuré que durant ses jeunes années, David Bowie avait entretenu une liaison plutôt ambigüe avec Mick Jagger. C’est en tout cas ce que n’a jamais cherché à cacher Angela Barnett, l’ex-femme de Bowie, qui assurait encore en 2013 dans une interview accordée au quotidien anglais The Sun avoir un jour de 1973 surpris son mari au lit avec le leader des Rolling Stones. “Je suis rentrée dans la chambre. David était là, d’un côté, avec tous ses coussins et ses couvertures, et de l’autre, il y avait la jambe de Mick qui dépassait. Je leur ai demandé : ‘Vous avez passé une bonne nuit les gars ?’ Ils étaient tellement ivres qu’ils ne pouvaient presque pas parler. J’avais pitié d’eux”, s’était ainsi remémorée Angela Barnett, qui estime toutefois que pour David, “Mick n’était pas une grande histoire d’amour”. Cette relation entre les deux rock stars avait également été confirmée en 2012 par Christopher Anderson, le biographe de Mick Jagger, qui dans son ouvrage Mick: The Wild Life and Mad Genius of Jagger affirmait que les artistes étaient “obsédés sexuellement l’un envers l’autre”.

Photo by Ron Galella/Ron Galella Collection via Getty Images
Photo by Ron Galella/Ron Galella Collection via Getty Images

Son idylle avec Amanda Lear

Amanda Lear a elle aussi bien connu l'auteur de Space Oddity. Au moment du décès de ce dernier, elle n’avait pas hésité à livrer quelques souvenirs à son sujet, en revenant notamment sur la romance qu’elle avait vécue dans les années 70 avec lui. C’est après être tombée un jour sur cette photo de la jeune femme, qui illustrait la pochette du disque For Your Pleasure du groupe Roxy Music, que David Bowie avait absolument tenu à la rencontrer. “C'est lui qui m'a draguée”, précisait Amanda en 2016 interviewée sur iTélé. “Il m'a téléphoné pour m'inviter à venir manger chez lui. Ça a été notre première rencontre”, s’était souvenue l’égérie de Salvador Dali, qui souligne que le chanteur avait joué un rôle important dans sa vie. “Il a beaucoup changé ma vie puisque ça a été le premier qui m'a conseillé de chanter, qui m'a mise sous contrat, qui a produit mon premier disque, qui m'a payé mes cours de chant”, avait ainsi témoigné celle qui après deux années passés à côtoyer l’icône du rock, verra celle-ci s’éloigner d’elle pour se diriger vers d’autres horizons. “Il a commencé à se droguer. Il a changé de look. C'était sa période Young Ameri­cans. Puis il y a eu Berlin avec Iggy Pop… Ce n'était plus pareil et on s'est perdus de vue”, avait-elle conclu avec regret.

Photo by: NBCU Photo Bank/NBCUniversal via Getty Images via Getty Images
Photo by: NBCU Photo Bank/NBCUniversal via Getty Images via Getty Images

Qui est Terry Burns, ce frère handicapé qui fut sa source d’inspiration ?

On l’ignore souvent, mais David Bowie possédait un demi-frère nommé Terry Burns à qui il s’est souvent référé pour nourrir son art. Issu d'une première union de la mère de la star, Terry qui avait dix ans de plus que son frère, a très probablement été à l’origine de l’initiation de ce dernier à la musique. Dès ses 13 ans, celui qui s’appelait encore à l’époque David Jones, l’accompagnait en effet souvent à des concerts de jazz. Il sera aussi initié par celui-ci à la pratique du saxophone. Mais cette relation ne durera hélas pas. Rattrapé par une santé mentale fragile, le jeune homme (qui avait été diagnostiqué schizophrène) côtoiera la majeure partie de sa vie les hôpitaux psychiatriques pour finir par se suicider en 1985, à l’âge de 47 ans, en se jetant sous un train. Un drame pour le chanteur, qui tout au long sa prolifique carrière fera régulièrement référence à ce frère absent comme dans le titre All The Madmen, sorti en 1970 sur l’album The Man who sold the World, où il dit “préférer rester avec tous les fous, que périr avec les hommes tristes errant en liberté”.

Sa liaison restée secrète avec Susan Sarandon

On le sait peu, mais en 1983, alors qu’ils étaient les vedettes du film Les Prédateurs, Susan Sarandon et David Bowie ont eu une brève liaison amoureuse. Une passion restée très longtemps secrète, mais dont avait finalement bien voulu parler l’actrice de Thelma et Louise en 2014. “Bowie… Ouais. Ça vaut la peine de l’idolâtrer. C’est extraordinaire. C’était une période intéressante. Bowie était vraiment intéressant et si lumineux. Il est talentueux, c’est un peintre, et il est formidable”, avait-elle ainsi déclaré en évoquant le souvenir du Thin White Duke. Leur aventure prendra néanmoins fin lorsque l’actrice, déjà mère de plusieurs enfants, fera comprendre à son partenaire qu’elle n’en voudra pas d’autres.

Photo by The LIFE Picture Collection via Getty Images
Photo by The LIFE Picture Collection via Getty Images

L’origine de ses fameux yeux vairons

Connu pour ses accoutrement scéniques légendaires, David Bowie possédait aussi une curiosité anatomique qui a sans doute contribué à façonner son image d’étrange créature venue d’ailleurs. Il possédait en effet un regard magnétique renforcé par des yeux de teintes différentes. Couramment appelée “yeux vairons” ou plus scientifiquement hétérochromie, cette particularité n’était pourtant pas celle qui caractérisait le regard de la vedette. Car à sa naissance, ses deux iris étaient parfaitement bleus. Ce n’est qu’au cours d’une bagarre à l’adolescence que l’auteur de Ashes To Ashes verra l’un d’eux changer de couleur. Après avoir pris un coup dans l’œil par son rival, il gardera à vie la pupille de son œil gauche extrêmement dilatée, ce qui provoquera dans le même temps l’assombrissement de sa couleur naturelle. Sa vue en revanche ne souffrira fort heureusement pas de ce mauvais coup.

Un de ses plus grands titres a été inspiré par Claude François

En 1968, David Bowie qui n’était alors âgé que 21 ans et n’avait pas encore signé de titre mémorable, avait été pressenti pour traduire et interpréter la chanson de Claude François, Comme d’habitude, destinée à devenir un futur succès planétaire sous le titre de My Way. Après avoir travaillé dix jours à la traduction de cette chanson, le jeune homme – qui s’imaginait déjà l’interpréter – s’est vu finalement freiné dans ses ambitions par l’éditeur français de Cloclo. Prétextant que le chanteur britannique n’était qu’un illustre inconnu, ce dernier avait en effet préféré confier la chanson à Franck Sinatra qui en fera le succès que l’on connait. Déçu, Bowie décidera cependant de ne pas se laisser abattre et de faire de cet échec une force. “J'ai vraiment fait la gueule, pour moi ça aurait dû être ma chanson, alors j'en ai fait ma propre version”, expliquera des années plus tard celui qui reprendra à son compte la progression d'accords de Comme d'habitude pour écrire Life On Mars.