Quand David Fincher livre sa vision sans filtre du cinéma

Louise Vandeginste
·1 min de lecture
(Copyright Matt Winkelmeyer/Getty Images/SBIFF/AFP)
(Copyright Matt Winkelmeyer/Getty Images/SBIFF/AFP)

Dans une interview samedi 14 novembre pour The Telegraph, David Fincher a évoqué les difficultés qu'il a rencontrées pour produire son dernier film, Mank, centré sur Herman J. Mankiewicz et l'accouchement compliqué du scénario qui donnera Citizen Kane. Car, selon lui, les studios prennent de moins en moins de risques, ils "ne veulent pas faire ce qui ne pourrait pas leur rapporter un milliard de dollars". Même le Joker de Todd Phillips était un risque modéré après l'immense succès en 2008 de The Dark Knight : Le Chevalier noir de Christopher Nolan. Il y avait un précédent qui, aux yeux la Warner, rendait le film potentiellement très rentable.

Sans quoi, explique le cinéaste, "personne n'aurait regardé ce projet et se serait dit 'Allez, prenons Travis Bickle [le personnage principal de Taxi Driver] et Rupert Pupkin [personnage principal de La Valse des pantins]

Lire la suite sur lesinrocks.com