Deezer, Spotify... Pourquoi le système de rémunération des plateformes profite d'abord aux rappeurs

·1 min de lecture

La 36ème édition des Victoires de la musique se tient vendredi soir, et il y a fort à parier que les artistes les plus sollicités sur les plateformes comme Spotify, Deezer ou encore Apple Music occupent une place de choix parmi les différents lauréats. L'écoute en streaming est en croissance de 20% par an, mais est-elle vraiment rentable pour les artistes qui ne toucheraient que quelques centimes par clic ? En septembre dernier, en France, 15.000 artistes ont interpellé la ministre de la Culture dans une tribune réclamant une juste rémunération du streaming, et la mise en place d'un modèle plus équitable. Cette question est au cœur d’une étude dévoilée par le Centre national de la musique, qui propose notamment de repenser la logique de rémunération de ces géants de l'écoute en ligne.

Pourquoi le système de rémunération des plateformes profite largement aux rappeurs ? 

Les dix euros dépensés chaque mois pour un abonnement à Spotify ou Deezer vont dans un pot commun, puis la plateforme répartit cet argent entre les artistes et les labels en fonction des succès de leur titre, de leur volume d’écoute. Plus un titre est écouté, plus l’artiste gagne d’argent. Ainsi, l'argent dépensé par chaque abonné ne finit pas forcément dans la poche des artistes qu'il a personnellement écoutés. Le système favorise donc les artistes les plus écoutés de la plateforme, qui sont souvent des rappeurs, très plébiscités par les jeunes auditeurs, comme l'explique à Europe 1 Louis-Alexis de Gemini, le...


Lire la suite sur Europe1