Delphine Jubillar avec son amant en Espagne ? Les précisions de l’avocate de Cédric

·1 min de lecture

Un nouvel essai. Mercredi 23 juin 2021, les avocats de Cédric Jubillar ont déposé une première demande de remise en liberté, rejetée par la cour d'appel de Toulouse, le 8 juillet. Un peu plus d'un mois après cet échec, mercredi 25 août 2021, Me Emmanuelle Franck, Me Jean-Baptiste Alary et Me Alexandre Martin tentent de nouveau leur chance avec une deuxième demande. Aucun nouvel élément n'a pourtant été versé au dossier, et c'est d'ailleurs ce que regrettent amèrement les trois conseils. "Sur le fond, les arguments sont les mêmes : c’est-à-dire l’absence d’éléments à charge, l’absence d’éléments tout court, suffisants pour justifier le placement et surtout le maintien en détention de Cédric Jubillar. La nouveauté, c’est que deux mois sont passés et que rien n’a été fait", a déclaré Me Emmanuelle Franck dans les colonnes de Femme Actuelle mercredi 25 août 2021.

Dans cette même interview, la juriste est revenue sur les nombreuses pistes qui n'auraient, selon eux, pas été assez exploitées par les enquêteurs : la machine lancée à 4h du matin par Cédric Jubillar la nuit de la disparition le 15 décembre 2020 (et qui n'a été envoyée au laboratoire pour analyses qu'au mois de juillet 2021), l'homme "affolé" qui a été aperçu près du véhicule de Delphine, ou encore le possible départ de l'infirmière pour l'Espagne, avec son amant. L'occasion pour Emmanuelle Franck de donner des précisions sur cette théorie formulée par Cédric Jubillar : "Au tout début, dans ses premières auditions, on lui (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles