Delphine Jubillar exilée en Espagne ? Une femme portant le même nom a été identifiée

·1 min de lecture

Delphine Jubillar aurait-elle pu partir du jour au lendemain en laissant ses deux enfants ? Ses amis et sa famille n'y croient pas une seconde. Cependant, dans le cadre de l'enquête pour "disparition inquiétante" qui a débuté le 16 décembre 2020, les gendarmes de la section de recherche de Toulouse ont tout de même étudié cette possibilité. Six mois plus tard, Dominique Alzeari, procureur de la République de Toulouse, évacue la thèse du départ volontaire lors d'une conférence de presse tenue le 18 juin 2021 : "C'est une disparition inquiétante, qui ne saurait être considérée comme volontaire." Pourtant, du côté de la défense, Me Jean-Baptiste Alary, avocat de Cédric Jubillar, et lui-même, se disent convaincus que cette théorie tient toujours...

Lors d'un entretien accordé à Femme Actuelle le 15 juillet 2021, Me Jean-Baptiste Alary déplorait que toutes les pistes n'aient pas été suffisamment exploitées par les enquêteurs depuis sept mois. Parmi elles, celle du départ volontaire de Delphine Jubillar en Espagne, mentionnée à de nombreuses reprises par son mari lors des auditions à la gendarmerie. "Albi est à deux heures de route de l'Espagne, et ils n'ont même pas été demander les vidéos du péage. Elle aurait pu partir en Espagne de gré ou de force...", nous avait-il confié. Une thèse rapidement écartée par les gendarmes, certes, mais qui a tout de même été étudiée en amont.

En effet, comme le révélait L'Indépendant le 16 juillet 2021, la thèse du départ volontaire a bel et bien (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles