Delphine Jubillar : l'avocat de son mari Cédric en dit plus sur les difficultés qu'ils traversaient

·2 min de lecture

Les semaines passent et Delphine Jubillar demeure toujours introuvable... Mercredi 3 mars 2021, le témoignage anonyme d’un membre de la famille Jubillar a fait l’effet d’une bombe. Ce dernier affirmait en effet dans un documentaire diffusé sur France Bleu Occitanie et intitulé Delphine Jubillar, l’introuvable maman du Tarn, que de vives tensions existaient au sein du couple Jubillar. En instance de divorce, l’infirmière de 33 ans avait d’ailleurs tout prévu selon cette source : la vente de leur maison et la demande de garde exclusive pour les enfants. "Donc déjà il savait qu’il allait tout perdre, il savait qu’il allait devoir recommencer de tout le début. Pour lui, Delphine c’était elle le pilier, c’était elle qui faisait tout. Il avait tout grâce à elle. Donc, du jour au lendemain se voir perdre tout, ça peut rendre fou un homme", a expliqué ce proche anonyme du couple, qui insinue que Cédric Jubillar pourrait être responsable de la disparition de la femme qu’il avait épousée en 2013.

Des allégations qui avaient révolté Nadine, la mère de Cédric Jubillar. "Cette personne, qui souhaite rester anonyme, veut nuire à Cédric, c’est évident. Mais de là à proférer de tels mensonges, c’est hallucinant", avait-elle déclaré au Parisien vendredi 5 mars 2021 avant de démentir ses propos : "Quant à la question de la garde des enfants, c’est encore un autre mensonge. Delphine et Cédric s’étaient mis d’accord sur le principe d’une garde alternée. Mais par quelle haine de mon fils cette personne est-elle donc animée ?”

Maître Jean-Baptiste Alary, l’avocat de Cédric Jubillar, est revenu sur ce sujet sur BFMTV lundi 8 mars 2021. Selon le conseil, il existait bien des tensions dans le couple : "Tout le monde le sait", a-t-il d’ailleurs assuré avant de rappeler que le couple avait lancé une procédure de divorce "par consentement mutuel". "Est-ce que cette personne-là a fait part de ses doutes et de ses inquiétudes aux forces de l’ordre?", a-t-il ensuite demandé. "Je le souhaite parce que (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite