Delphine Jubillar : ces nouvelles révélations sur sa famille

·2 min de lecture

Qu’est devenue Delphine Jubillar ? Cette infirmière de nuit de 33 ans a disparu sans laisser de trace dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 à Cagnac-Les-Mines, une commune du Tarn où elle résidait avec Cédric, son mari depuis juin 2013 et leurs deux enfants de 6 ans et 20 mois. En quête d’indices, les gendarmes de la section de recherche de Toulouse et la brigade de recherche d’Albi ont passé au peigne fin leur maison située sur les hauteurs d’Albi et envisagé plusieurs pistes, mais la jeune femme reste introuvable et le mystère plane donc toujours sur sa disparition. Le Parisien a donc décidé d’envoyer un envoyé spécial sur place, afin en savoir plus sur la famille Jubillar. Une longue enquête, fruit de ce travail, a été publiée mercredi 3 mars 2021 dans leurs colonnes. On y apprend notamment que l’un des désaccords majeurs du couple, qui était en instance de divorce, portait sur l'état de leur maison. Cédric ne l’avait pas encore terminée malgré de longues années de travaux et les gens du village avaient pris l’habitude de la surnommer "Beyrouth" à cause de ses allures de chantier et du désordre qui régnait dans le jardin.

À bout, Delphine Jubillar a fait part à son époux de son envie de divorcer durant l'été 2020. Cédric Jubillar aurait alors accusé le coup, avant de tenter de se rattraper en terminant son chantier. Mais ce regain de motivation n’aurait pas suffi à la jeune maman. Selon un membre de la famille qui s’est confié anonymement à France Bleu Occitanie mercredi 3 mars 2021, son mari ne lui proportionnait en outre jamais "aucune aide" pour s’occuper de leurs deux enfants.

Avant sa disparition, la mère de famille aurait changé de comportement : "Delphine passe le plus clair de son temps libre à la maison les yeux rivés sur son téléphone", écrivent nos confrères du Parisien. Cédric aurait rapidement suspecté une liaison. Il avait d’ailleurs vu juste : originaire de Montauban, cet homme rencontré sur un site de rencontre aurait par la suite fourni un alibi (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite