Delphine Jubillar : cet objet qu'elle ne quittait jamais et qu’elle n’avait pas le soir de sa disparition

·1 min de lecture

Sept mois après le début de l'enquête, le mystère reste entier. Dans un petit village du Tarn, à Cagnac-les-Mines, il est 3h45 du matin lorsque Cédric Jubillar signale la disparition de sa femme, Delphine, le 16 décembre 2020. Aux alentours de 5h du matin, la gendarmerie locale débarque au domicile des Jubillar et constate plusieurs faits étonnants. Tout d'abord, cette lessive lancée par le père de famille quelques minutes plus tôt, qui contenait la couette qu'utilisait Delphine Jubillar pour dormir. Un autre détail viendra éveiller les soupçons des forces de l'ordre : les objets personnels appartenant à la mère de famille, laissés sur la table du salon. En effet, Delphine Jubillar aurait déserté le domicile conjugal sans se munir de ses papiers, de son sac à main... mais aussi d'un autre objet qui lui était indispensable.

Comme le révélait encore Dominique Alzeari, procureur de la République de Toulouse, le 18 juin 2021, Delphine Jubillar a quitté son domicile sans ses lunettes de vue. Preuve en est : l'appel à témoins, diffusé à partir du 21 décembre 2020, ne mentionne pas les lunettes que portait Delphine Jubillar tous les jours. Outre la fameuse doudoune blanche, "aucune autre mention particulière" n'est décrite. Pour les enquêteurs, ce détail sème le doute : "Nous étions en décembre, en plein confinement, dans un petit village, elle n'aime pas sortir la nuit... Elle est partie seulement avec son téléphone, sans chargeur, sans son sac à main, sans ses lunettes", avait-il déclaré. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles