Delphine Jubillar : ce trouble très répandu dont souffrait l’infirmière disparue

·1 min de lecture

“Deux mois d’incarcération, ce sont deux mois de trop.” Mercredi 25 août 2021, les avocats de Cédric Jubillar ont déposé une nouvelle demande de remise en liberté au nom de leur client – incarcéré depuis sa mise en examen pour le meurtre supposé de son épouse Delphine, le 18 juin. A cette occasion, Maître Emmanuelle Franck a accepté d’accorder une interview à Femme Actuelle. L’état psychologique de Cédric Jubillar en prison, les pistes non vérifiées par les enquêteurs, les activités méconnues de Delphine Jubillar… Elle s’est longuement confiée sur l’affaire. La juriste est également revenue sur les mystérieuses connexions au téléphone de l’infirmière, le soir de la disparition. Dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, à 0h11 précisément, le compte WhatsApp de Delphine Jubillar a été activé. Quelque temps plus tard, à 1h33, c’est la caméra de son smartphone qui s’est déclenchée. Pour la défense de son mari, il s’agit là de “deux preuves de vie susceptibles de disculper” Cédric Jubillar.

Emmanuelle Franck nous explique : “On sait que Delphine Jubillar avait changé les codes de son téléphone, et Cédric n’y avait pas accès, c’est établi dans le dossier. Même son amant le dit. Il n’aurait donc pas pu aller sur WhatsApp ou sur la caméra.” L’avocate a d’ailleurs sa propre hypothèse quant à ce qu’il se serait véritablement passé ce soir-là. “Je pense que c’est elle qui a déclenché la caméra pour aller voir les étoiles filantes, ce qu’elle avait déjà fait au mois d’août et la semaine avant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles