Delphine Wespiser : victime d'une agression, elle s'attire les foudres d'un syndicat de police

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Samedi 9 octobre 2021, sur Instagram, Delphine Wespiser a révélé à ses abonnés avoir été victime d'une agression. Sur le réseau social, la jeune femme de 29 ans a ainsi déclaré avoir été menacée en pleine rue par un individu qui a voulu la racketter. "Je viens de me faire agresser dans la rue. En un tour de passe-passe passe, ma montre a disparu", a ainsi déclaré dans sa Story la chroniqueuse de Cyril Hanouna. Dans la vidéo, la reine de beauté n’a également pas hésité à afficher sa colère contre les forces de l'ordre. "Marre de ce pays ! Que fait la police ? Nous avons tourné une heure pour retrouver mon agresseur et nous n'avons pas vu une seule patrouille de police pendant tout ce temps", a-t-elle ainsi indiqué dans la séquence partagée sur le réseau social.

Des propos qui ont fortement déplu au syndicat de police Alliance. En effet, Michel Corriaux, secrétaire régional Grand-Est du syndicat, n'a pas reculé pour répondre à Delphine Wespiser par le biais d'un communiqué de presse publié sur Facebook le 10 octobre 2021. Dans ce document, il "dénonce une polémique stérile" et demande à la star de Fort Boyard de ne pas "dramatiser". Au nom de son syndicat, Michel Corriaux "rappelle si besoin était à la célébrité que nos collègues sont engagés quotidiennement et sans relâche pour la sécurité des Français au péril de leur vie". Et de conclure qu'il attend désormais des "excuses publiques" de la part de la plaignante.

Lundi 11 octobre 2021, dans Touche pas à mon poste, sur C8, Delphine (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles