Dermatose vulvaire : de quoi s'agit-il et comment la soulager ?

La vulve, qui désigne l’ensemble des organes génitaux externes de la femme (mont de Vénus, grandes et petites lèvres, clitoris, etc.), est sujette à bien des agressions. On pense alors aux maladies de peau habituelles comme les mycoses, aux infections sexuellement transmissibles (herpès, condylomes), ou encore au psoriasis ou à l’eczéma. Pourtant, l’une des affections les plus courantes est une dermatose de la vulve (ou vulvaire) appelée lichen scléreux. Au moins 3% des femmes seraient concernées, à tous les âges, notamment autour de la ménopause, entre 50 et 60 ans.

Non infectieuse (donc non transmissible), cette inflammation locale chronique se développe préférentiellement dans la région génitale, même si elle peut s’étendre au périnée et à la région anale. Ses causes sont mal connues, mais "elle est probablement liée à un problème d’auto-immunité car elle peut être associée à une maladie auto-immune de la thyroïde, ou au vitiligo, explique le Dr Sandra Ly, dermatologue et vulvologue au CHU de Bordeaux. Les hormones joueraient aussi un rôle puisque le lichen apparaît plus souvent chez les jeunes filles prépubères et chez les femmes ménopausées."

"Les démangeaisons sont le signe majeur du lichen scléreux, mais elles ne sont pas toujours présentes", avertit la spécialiste. La muqueuse devient aussi plus fragile et plus pâle, parfois blanche ou nacrée. Ensuite, il arrive qu’elle s’épaississe et devienne rugueuse. Enflammées, petites et grandes lèvres peuvent également fusionner. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite