Des coiffeurs sont actuellement formés pour repérer les signes de violences conjugales

Le conseil ‘Norfolk County Council’ a lancé une initiative afin d’aider les coiffeurs à repérer les signes de violences conjugales. [Photo: Getty]

Plusieurs coiffeurs sont actuellement formés afin d’identifier les signes de violences conjugales chez leurs clients.

L’initiative, lancée par le conseil ‘Norfolk County Council’, a vu le jour suite au décès tragique de Kerri McAuley, 32 ans, basée à Norwich. En effet, la jeune femme a été tuée par son petit copain en janvier 2017.

Joe Storey, le copain de K. McAuley, a attaqué la jeune femme et a brisé tous les os de son visage. Elle est décédée des suites de ses blessures.

La coiffeuse Annie Reilly, qui prenait soin des cheveux de K. McAuley, a confié se sentir coupable, n’ayant pas contacté les autorités lorsque la victime a évoqué ses problèmes.

“Elle s’est tournée vers moi et m’a confié : ‘je sais qu’il va me tuer’. Je ne pensais pas entendre de tels mots sortir de la bouche d’un de mes clients”, a-t-elle confié lors de l’émission ‘Victoria Derbyshire’ sur la BBC.

“Elle m’a regardée et s’est effondrée dans mes bras quand j’ai ouvert la porte. Je l’ai réconfortée et lui ai fait un câlin”.

“Aurais-je dû appeler la police ? Bien sûr, mais je n’ai pas pris ses mots au sérieux. Je pensais  qu’il s’agissait simplement d’une phrase comme ça, d’une expression”.

Le conseil ‘Norfolk County Council’ a depuis lancé une série de formations pour coiffeurs et  esthéticiens, y compris une conférence pour 250 participants organisée le mois dernier, afin de les aider à repérer les signes de violences conjugales.

“Si vous vous occupez des ongles de quelqu’un et que vous remarquez qu’ils sont tout abîmés, il s’agit juste d’être curieux, de poser des petites questions”, a confié un conférencier au public, d’après la BBC.

L’initiative fait partie d’une nouvelle campagne appelée ‘Things Need To Change’ (Les choses doivent changer) lancée par le ‘Norfolk Domestic Abuse and Sexual Violence Board’ (DASVB).

Le DASVB a également créé une série de six vidéos afin de sensibiliser la population aux violences conjugales sous toutes ses formes.

Francesca Specter