Publicité

Deux fois plus d'épisodes de canicule et d'orages en 2022, selon Météo-France

L'été 2022, deuxième plus chaud en métropole depuis 1900, a été exceptionnel, cumulant 33 jours de vagues de chaleur.

L'année 2022 a connu deux fois plus d'épisodes de canicule et d'orages que la moyenne des dix dernières années, a annoncé le 24 mai 2023 Météo-France en dressant le bilan de ses alertes météo sur le territoire métropolitain concernant les phénomènes extrêmes pour l'an dernier.

Le souvenir douloureux de l'orage survenu en Corse

Sur l'ensemble de 2022, les épisodes de vigilance canicule orange et rouge ont totalisé 38 journées, soit quatre épisodes d'une durée longue, la plus importante s'étant étalée du 12 au 26 juillet. Sur les dix dernières années, le nombre d'épisodes de canicule par an se limitait à deux, a précisé Véronique Ducrocq, directrice des opérations pour la prévision chez Météo-France, lors d'un point presse.

L'été 2022, deuxième plus chaud en métropole depuis 1900, a été à ce titre particulièrement exceptionnel, cumulant 33 jours de vagues de chaleur, contre 22 lors de la canicule de 2003, avec notamment des vigilances rouges - le plus haut niveau - dans 14 départements du sud-ouest entre le 16 juin à 16h00 et le 19 juin à 06h00, et 15 sur la façade atlantique du 17 (16h00) au 19 juillet (06h00).

Pour les orages, il y a eu 32 vigilances oranges et rouges l'an dernier, et là aussi "c'est deux fois plus que les années précédentes", a indiqué Mme Ducrocq. L'un des épisodes les plus marquants a été l'orage d'une intensité exceptionnelle intervenu en Corse le 18 août qui a fait cinq morts, sur lequel Météo-France avait été critiquée pour ne pas avoir déclenché suffisamment tôt l'alerte orange. "De telles valeurs de rafales n'ont jamais été observées auparavant en métropole" et "l'extrême rapidité du phénomène (...) n'ont pas permis de les anticiper", a redit mercredi l'institut de prévisions météorologiques. Sur l'ensemble de l'année, ce défaut d'anticipation est toutefois resté extrêmement rare, avec un taux de non-détection de 1,4%, soit le plus faible (à égalité avec 2019) depuis 2012.

70 épisodes de vigilance orange ou rouge

Les cartes de vigilance de M[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi