Comment devenir spécialiste du mansplaining en 5 leçons

Partout sur Internet ou dans la vraie vie, vous voyez des hommes expliquer aux femmes ce qu'elles savent mieux qu'eux. Un don que, vous aussi, vous souhaiteriez posséder pour forcer vos opinions comme s'il s'agissait de faits, en usant d'une condescendance toute patriarcale. Ne cherchez plus, voici comment devenir le champion du mansplaining en 5 étapes.

La pratique ne date pas d'hier et pourtant, l'expression qui la qualifie reste plutôt récente. Le mansplaining (ou l'explication au masculin, pour les puristes), c'est le fait pour un homme d'expliquer à une femme ce qu'elle connaît mieux que lui. Avec un ton paternaliste bien de chez nous - et par "nous", on entend l'ensemble des sociétés patriarcales - qui irrite autant qu'il frustre.

L'un des exemples les plus parlants s'il en est : le jour où cet utilisateur de Twitter s'est senti pousser des ailes et a assuré à Jennifer Gunter que la "vulve" et le "vagin" étaient en réalité la même chose. Et qu'il fallait qu'on arrête de chipoter, nous sales féministes extrémistes, pour la bonne raison qu'on utilisait ce terme depuis toujours (en gros). Ou plus précisément : parce que les hommes utilisent ce terme depuis toujours.

Seul problème, la Dr Jen Gunter est en réalité une gynécologue reconnue. Un détail qui aurait dû, on vous l'accorde, freiner l'homme dans son élan dès qu'elle lui a notifié mais qui, et c'est là le comble, ne l'a pas arrêté une seconde. Lui, du fait qu'il possède un pénis, savait davantage qu'une femme, qui possède et une vulve et un vagin, qu'une gynécologue (et donc forte de nombreuses années passées à étudier l'organe), quelle était la terminologie exacte dédiée à son sexe.

A la lecture de cet échange désormais disparu des réseaux sociaux, on s'est dit qu'une telle confiance en soi méritait tout de même un peu de considération. Car pour tenir tête à une docteure quand on est loin d'avoir fait médecine, sur un sujet qu'elle connaît sur le bout des doigts, il faut avoir une sacrée estime de sa personne. Et puis surtout, on a pensé à certains hommes qui rêveraient eux aussi de prendre leur courage à deux mains, pour apprendre la vie à ces petites ingrates qui se croient tout permis depuis qu'on les a autorisées à faire des études.

Parce qu'on se sent l'âme charitable, on a donc mis au point un...

Lire la suite sur le site Terrafemina