Diabète : ces innovations qui vont changer la vie les patients

·2 min de lecture

On connaît le quotidien difficile des diabétiques, entre injections répétées d'insuline, surveillance de l'alimentation et risques de complications. Les médecins misent sur la prévention pour freiner la survenue de diabète de type 2, une maladie que l'on peut retarder, voire éviter, en perdant du poids, en étant plus actif ou en adoptant une alimentation équilibrée. Ils inventent aussi des traitements moins contraignants et plus efficaces.

Lorsqu'on souffre de diabète de type 1, on ressent moins bien les hypoglycémies avec les années, ce qui rend encore plus difficile le rééquilibrage de la glycémie et augmente le risque de complications comme l'insuffisance rénale. Dans les cas les plus graves, il faut remplacer les cellules sécrétrices d’insuline qui ne fonctionnent plus. Cela se fait soit via une greffe de pancréas, souvent couplée à une greffe de rein, soit via une greffe des seules cellules insulino-sécrétrices. On appelle cette nouvelle technique thérapie cellulaire du diabète. Des îlots de Langerhans, qui contiennent les fameuses cellules, sont isolés à partir de pancréas de donneurs décédés. Puis on les injecte aux patients en deux ou trois fois afin de rétablir une sécrétion d’insuline quasi physiologique. Un essai mené sur une trentaine de malades a récemment fait l'objet d'une publication : dix ans après, un quart d'entre eux peuvent toujours se passer des injections d'insuline. « Pour 75 % des patients, la thérapie cellulaire s'avère très bénéfique, avec une disparition des hypoglycémies sévères tant que se maintient la fonction des cellules greffées », résume la Dre Marie-Christine Vantyghem, endocrinologue au sein de l’unité Inserm du CHU de Lille, qui a développé cette technique. Seul bémol : comme avec toute greffe, il faut prendre un traitement immunosuppresseur quotidien pour ne pas rejeter les cellules. Des démarches sont en cours pour obtenir le remboursement de la greffe d’îlots d'ici la fin d'année. Ce traitement peut s'envisager en cas de diabète (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite