Diagnostic d'apnée du sommeil : comment se déroulent les examens et tests ?

Ronflements, sommeil perturbé, arrêts respiratoires pendant la nuit, somnolence et fatigue diurne. Tels sont les signes qui peuvent alerter sur la présence d’une apnée du sommeil. Pour confirmer ce diagnostic et en déterminer la gravité, un enregistrement du sommeil doit être réalisé.

L’apnée du sommeil est un trouble respiratoire qui se caractérise par des pauses répétées de la respiration pendant le sommeil, comme le souligne l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Ces pauses, appelées apnées, peuvent durer de quelques secondes à plusieurs minutes et survenir plusieurs fois par heure. Elles sont dues à une obstruction des voies respiratoires supérieures, généralement au niveau de la gorge, qui empêche l’air de passer librement. L’apnée du sommeil peut avoir des conséquences importantes sur la santé. Il existe deux types principaux d’apnée du sommeil :

La polysomnographie (PSG) est l’examen de référence pour le diagnostic de l’apnée du sommeil, comme le précise le Manuel MSD. Elle permet d’enregistrer et d’analyser divers paramètres physiologiques pendant le sommeil, tels que l’activité cérébrale, la respiration, la fréquence cardiaque, la saturation en oxygène et la position du corps. Ces informations permettent d’identifier les apnées, leur durée et leur gravité, ainsi que d’autres troubles du sommeil éventuels.

La PSG se déroule généralement en laboratoire du sommeil, mais peut également être réalisée à domicile dans certains cas.

Avant l’examen, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite