Diam's : après deux ans en Arabie Saoudite, elle revient vivre en France

Clara Gaillot

« Ma France à moi elle parle fort, elle vit à bout de rêves ». Et si le pays qui a vu naître sa musique et l’a consacrée meilleure rappeuse à de nombreuses reprises manquait à Diam's ? En 2012, après la sortie de son premier livre, « Autobiographie », la rappeuse chypriote Mélanie Georgiades, de son vrai nom, annonçait la fin de sa carrière. Devant les caméras de l’émission « Sept à huit », la chanteuse s’était alors montrée vêtue d’un hijab ne laissant apparaître que son visage. 2009 est l’année de la sortie de son dernier album, « SOS », où elle évoque sa dépression, mais c’est aussi l’année où son public apprend, par l’intermédiaire de plusieurs magazines français, qu’elle s’est convertie à l’Islam. A l’époque, si elle arrête la musique, c’est pour se consacrer à sa famille et sa foi. Ces révélations lui valent cependant de recevoir des menaces de mort, d’être cambriolée plusieurs fois et surtout, d’affronter l’incompréhension de certains face à sa conversion stricte à la religion musulmane. 

Renouer avec l’art 

En 2017, Diam's décide de quitter la France pour s’installer à des milliers de kilomètres, en Arabie Saoudite. Avec elle, son mari, le rappeur Faouzi Tarkhani, et ses deux enfants, Myryam et Abraham. Si elle disait avoir « perdu son âme » à Paris, l’ex chanteuse a pris le temps de reconstruire sa vie, loin de ses anciens démons.  

Aujourd’hui, Mélanie Georgiades semble...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi