Diam's raconte sa descente aux enfers

C'est avec un documentaire que Diam's, ou plutôt Mélanie Georgiadès, a décidé de faire son retour.

Celle qui a arrêté sa carrière du jour au lendemain, s'est livrée dans Salam sur sa vie, de ses débuts au succès, jusqu'à son interruption brutale, quand ses problèmes psychologiques ont rendu sa vie insupportable. « Je voulais que tout ça soit raconté, parce que ça a fait ce que je suis devenue aujourd'hui. Il faut comprendre que j'ai touché la folie du doigt. J'ai été folle. J'ai perdu la raison. J'ai été shootée par des médicaments qui m'éteignaient puis me désinhibaient », a-t-elle expliqué au Parisien.

Le film, présenté au Festival de Cannes, et qu'elle a co-réalisé avec les cinéastes Houda Benyamina et Anne Cissé, lui permet de se livrer de manière intime sur une partie que tous ses fans ignorent d'elle.

« J'ai l'impression de revenir de la mort, soulève-t-elle. J'aurais dû être morte. Généralement, les artistes ne sont plus là pour nous raconter pourquoi ils sont tombés dans les addictions, comme Amy Winehouse, pourquoi ils se sont tiré une balle dans la tête, comme Kurt Cobain. Si je n'avais pas ouvert le Coran un soir sur une plage de l'île Maurice et trouvé un sens à ma vie, je pense que je me serais vraiment foutue en l'air. À ce moment-là, j'étais encore à me battre pour les miens qui me disaient accroche-toi. Or moi, j'avais l'impression que tout était vain... », a-t-elle confié.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles