Dire des gros mots nous rendrait plus forts et plus persuasifs selon une étude

Fabio Formaggio / EyeEm

Si les gros mots vous valaient une tape sur les doigts quand vous étiez petit·e, rassurez-vous si vous en dites encore aujourd’hui ! Selon une étude britannique publiée dans la revue Lingua, les gros mots auraient un certain pouvoir qui nous rendrait plus persuasif·ve et plus fort·e. Ces mots présentent d’autres effets bénéfiques à la fois “physiologiques, cognitifs, émotionnels ou encore anti-douleur”, comme le rapporte le Huffington Post.

Les jurons auraient un pouvoir particulier : celui de procurer une plus grande tolérance à la douleur tout en en réduisant sa perception. En effet, lorsque l’on se retrouve en situation de stress, ceux-ci permettraient de déclencher une réponse émotionnelle et une poussée d’adrénaline qui nous rend plus fort·e, et nous fait oublier la douleur. Ce qui expliquerait aussi pourquoi certaines personnes lâchent des gros mots pendant les séances de sport : on se sent plus fort et motivé par la suite !

Les gros mots font également partie d’un vocabulaire particulièrement émotif. Ainsi, lorsqu’on en dit, notre rythme cardiaque s’accélère ce qui, couplé à la montée d’adrénaline, pourrait presque nous transformer en super-héro·ïnes… ou au moins faire passer le message que l’on veut transmettre !

Si, lors d’une dispute, la personne avec qui vous vous disputez ponctue ses phrases de gros mots, il y a de grandes chances pour que la colère ne soit pas seule à parler. En effet, les jurons sont les meilleurs amis des menteur·euses : ils seraient un moyen “unique (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un logement trop froid pourrait nuire à votre santé mentale, selon une étude
Vous faites des insomnies ? Votre tendance à procrastiner y est peut-être pour quelque chose
Vous ne savez pas dire non ? Une étude explique pourquoi
Prendre les transports en commun tous les jours nuit gravement à votre santé mentale selon une étude
Endométriose : une enquête alerte sur les dangers des thérapies alternatives