Dirigeants du G20 devant la fontaine de Trevi : décryptage

·2 min de lecture

Réunis à Rome juste avant la COP 26 de Glasgow, les dirigeants du G20 ont choqué Twitter avec cette photo, où ils jettent une pièce de monnaie dans la célèbre fontaine de Trevi. Décryptage.

Neptune

Neptune, dieu des sources et des mers, veille depuis 1762 sur cette fontaine de Trevi, offerte par le pape Clément XII pour célébrer la création d’un aqueduc. Une fontaine baroque, comme notre époque, comme cette image folle qui a fait scandale par ce qu’elle semblait montrer : les chefs d’État des dix-neuf nations les plus riches du monde jetant une pièce dans une fontaine pour que leur vœu se réalise.  Juste avant la COP 26, d’aucuns y ont lu qu’ils s’en remettaient aux dieux pour nous sauver du réchauffement climatique et de l’extinction de la biodiversité.

À lire >> COP 26 : Ils parcourent des centaines de kilomètres à vélo pour se rendre à Glasgow

Les pièces d'or

En voyant cette photo, Sandrine Rousseau, ancienne candidate à la primaire présidentielle d’EELV, s’est insurgée : « Notre avenir ne se joue pas sur la chance mais sur des politiques publiques ambitieuses, radicales, sans concession aux lobbies hostiles. » Elle a raison. Mais la réalité, c’est qu’à Rome, il est de coutume de jeter une pièce d’or dans la fontaine de Trevi en lui tournant le dos, de la main droite, pour se promettre de revenir dans la ville éternelle. Toutes ces petites pièces jetées par les touristes rapporteraient chaque année un million d’euros, donné à des associations caritatives. Pas de geste choquant, donc, juste un mauvais plan com.

L'air dubitatif d'Angela Merkel

Elle est l’une des deux seules femmes sur la photo,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles