Disparition d’Emile, 2 ans, au Vernet : "Pas une décision soudaine", ce qui a trotté dans la tête de ses parents très rapidement

Un acte réfléchi. Colomban et Marie vivent depuis plusieurs semaines le cauchemar de tous les parents après la disparition de leur fils Emile le 8 juillet dernier. Silencieux jusqu’à présent, ils ont récemment décidé de prendre la parole dans Famille Chrétienne pour revenir sur leur calvaire. Une décision mûrement réfléchie motivée par plusieurs raisons comme l’a expliqué Marie. S’ils s’expriment, c’est "d’abord et avant tout pour remercier tous ceux qui nous soutiennent dans cette terrible épreuve. Ce n’est pas une décision soudaine car, assez vite, nous nous sommes rendu compte qu’il nous faudrait le faire, au bon moment et avec un média choisi par nous". Un choix qui "ne veut pas dire que nous allons nous exprimer ultérieurement" a tenu à préciser Marie. En effet le long entretien accordé à Famille Chrétienne répond à de nombreuses questions et revient sur beaucoup de sujets ayant fait le tour des médias ces dernières semaines après la disparition d'Emile dans le hameau du Haut-Vernet. Colomban et Marie ne savent donc pas encore s’ils seront amenés à prendre la parole une nouvelle fois de cette façon. Parmi les sujets abordés, les parents du petit Emile disparu ont aussi tenu à expliquer pourquoi, de tous les médias, c’est à Famille Chrétienne qu’ils ont voulu parler. "Nous étions conscients que la plupart des journalistes ne sont pas en mesure de comprendre le monde catholique" explique Marie.

Les parents d’Emile (...)

Lire la suite sur Closer

"Ça m'a atteint…" : Muriel Robin se livre sur cette déception qui l’a profondément blessée
Elizabeth II : Sarah Ferguson révèle les derniers mots de la Reine avant sa mort
"Il y a des spasmes…" : Claudette, la soeur de Céline Dion, fait de nouvelles révélations sur la santé de la chanteuse
Le syndrome de Stockholm a 50 ans : d’où vient vraiment cette étrange maladie ?
Mort de Gérard Leclerc : Julien Clerc dévoile le texto poignant de Serge Lama peu après le crash