Disparition de Lars Norén, le grand dramaturge suédois

Fabienne Arvers
·1 min de lecture
(© Jessica GOW / various sources / AFP)
(© Jessica GOW / various sources / AFP)

Lars Norén, l’homme aussi bien que l’artiste, était le sismographe de notre époque. Révélé sur la scène française à la fin des années 80, il était l’un des auteurs les plus montés dans nos théâtres tant ses thèmes de prédilection – la violence, familiale ou politique, la souffrance, psychique ou économique, l’isolement et l’étouffement de l’individu face à la montée des périls – sont le lot commun de l’humanité contemporaine.

Jeune, il connaît la pauvreté, souffre de crises schizophréniques et subit des électrochocs. Son écriture se porte d’abord vers la poésie et le roman, mais c’est au théâtre qu’il se fait connaître. Comme auteur de près de 80 pièces, bien sûr, mais aussi comme directeur à Stockholm, sa ville natale, du Théâtre National de Suède, où il succède à Ingmar Bergman, avant d’être nommé en 1999 directeur artistique du Riksdrama au théâtre national itinérant suédois.

Lire la suite...