Disparition de Lina : un homme affirme avoir vu l’adolescente en voiture avec un homme

Selon le témoignage de ce riverain, la jeune fille serait monté à bord d’une voiture conduite par un homme un peu plus âgé qu’elle.
PATRICK HERTZOG / AFP Selon le témoignage de ce riverain, la jeune fille serait monté à bord d’une voiture conduite par un homme un peu plus âgé qu’elle.

FAITS DIVERS - Après l’annonce dimanche de l’ouverture d’une information judiciaire « pour enlèvement ou séquestration de plus de 7 jours », l’hypothèse d’un enlèvement de Lina prend encore de l’ampleur avec le témoignage de Robert.

Plus d’une semaine après la disparition de l’adolescente dans le Bas-Rhin, l’émission 66 minutes sur M6 et BFMTV ont partagé le témoignage de cet homme de 72 ans, habitant de Champenay, commune voisine de celle où Lina s’est volatilisée samedi 23 septembre, en fin de matinée.

Un témoignage qui pourrait tout changer car l’homme affirme avoir vu Lina le jour de sa disparition, assise dans une voiture côté passager, l’air serein. Il explique avoir vu l’adolescente de 15 ans à la mi-journée, avant l’heure du déjeuner. À cet instant, le septuagénaire sortait fumer un cigare devant sa maison, comme il en a l’habitude.

« Je l’ai vue passer dans une voiture bleue. Elle était habillée en clair, elle m’a fait coucou en passant. Mais elle avait l’air normale », a notamment expliqué Robert à M6 dans un reportage diffusé dimanche soir.

Le « coucou » de la jeune fille en direction de Robert n’a d’ailleurs rien d’anormal. En tant que client de la supérette où la jeune fille réalisait un stage, les deux protagonistes se sont immédiatement reconnus.

« Et il y avait un monsieur à côté qui roulait », ajoute-t-il. Sans être certain des détails, le témoin estime que ce conducteur était un peu plus âgé que Lina. Autre détail important livré par Robert : la voiture venait de la route de Saulxures vers Plaine. « Cette route mène à Strasbourg, le sens inverse de la gare », où Lina devait prendre le train ce matin-là.

Interrogé pendant près de trois heures par les enquêteurs après leur avoir fait part de ses informations, le septuagénaire a été pris avec grand sérieux par la police, qui travaillait déjà sur la piste d’une voiture bleue grâce aux images de vidéosurveillances déjà analysées.

Une maison passée au peigne fin

Trajet dans une direction opposée de la gare et comportement serein à bord d’une voiture. Voilà de quoi faire avancer l’enquête, d’autant plus qu’une autre piste sérieuse semble avoir pris fin.

En effet, une maison de Plaine était dans le viseur des enquêteurs ces derniers jours. Scellée depuis samedi, cette maison située dans le hameau de Diespach appartient à un habitant installé depuis plusieurs années. Et selon les sources du Parisien et de BFMTV, il s’agirait d’un homme « respectable », professeur de musique en lycée et qui a d’ores et déjà été entendu par la police.

D’après Le Parisien, il avait été entendu « en raison du modèle de son véhicule (...) couleur bleu nuit, pouvant ressembler à la voiture évoquée par un témoin ».

Toutefois, aucun élément probant n’a été trouvé chez lui, comme l’a indiqué à l’AFP une source proche du dossier, confirmant des informations du Parisien. Sans être placé en garde à vue, l’homme d’une quarantaine d’années a été auditionné par les gendarmes sans que, là encore, rien ne permette de le rattacher à la disparition de Lina.

Dans le même temps, dimanche, les procureures de Saverne et Strasbourg, Aline Clérot et Yolande Renzi, avaient acté dans un communiqué conjoint le basculement des investigations ouvertes pour disparition inquiétante de l’adolescente en enquête criminelle.

Le parquet de Saverne, jusqu’alors compétent, s’est dessaisi au profit de celui de Strasbourg afin que soit ouverte une information judiciaire pour « enlèvement ou séquestration de plus de sept jours », avaient indiqué les deux magistrates.

À voir également sur Le HuffPost :

Disparition de Lina : ce que l’on sait de « l’opération d’envergure » menée en Alsace ce vendredi

Disparition de Lina en Alsace : sa mère appelle à « arrêter d’inventer, d’imaginer des choses »