Disparition de la randonneuse Esther Dingley : des ossements retrouvés dans les Pyrénées

·1 min de lecture

Des ossements qui pourraient appartenir à la randonneuse. Dimanche 22 novembre 2020, Esther Dingley donnait des nouvelles à ses proches pour la dernière fois sur WhatsApp. Ce jour-là, la jeune britannique devait contourner le Pic de Sauvegarde, d'une hauteur de 2.738 mètres, situé entre la France et l'Espagne. Comme elle l'avait indiqué à son compagnon, il était prévu qu'elle passe une nuit au refuge de Benasque. Cependant, les heures passant, les proches d'Esther Dingley s'inquiètent de ne pas recevoir de message de la randonneuse. Le 25 novembre 2020, son mari donne l'alerte auprès des autorités espagnoles. Neuf mois plus tard, un crâne qui pourrait lui appartenir a été retrouvé dans les Pyrénées.

En effet, jeudi 22 juillet 2021, un randonneur a découvert des ossements près du port de la Glére, à une quinzaine de kilomètres de Luchon, tout proche de la frontière espagnole où Esther Dingley a été aperçue pour la dernière fois. Les résultats des tests ADN et analyses de ce qui s'apparente à un crâne humain seront connus dans les prochains jours. Pour cela, des radios dentaires ont été réclamées à la maman de la disparue afin de comparer celles-ci avec les ossements découverts, a précisé The Guardian. Selon la radio espagnole Huesca,"le crâne pourrait correspondre à celui d'Esther Dingley notamment du fait de la couleur et la longueur des cheveux".

Comme l'indiquent nos confrères de La Dépêche, les gendarmes français s'apprêtent à prendre le relais de l'enquête menée par la section (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles