“Dividendes climaticides” : Greenpeace déclare la guerre aux entreprises polluantes

Mathieu Dejean
(Lou Benoist / AFP)

Le titre coup de poing du rapport publié par Greenpeace France ce 7 mai - “Climat : l’argent du chaos” - est à la hauteur de sa proposition : “Pour une interdiction des dividendes climaticides”.

Dans cette étude, l'ONG dresse un constat accablant sur le manque de moyens mis en œuvre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre à l'origine du dérèglement climatique, et respecter l'Accord de Paris. Le raisonnement est donc simple : dans le contexte de la crise économique provoquée par la pandémie, “les choix de relance économique arrêtés engageront la trajectoire climatique du pays pour de nombreuses années”. C'est pourquoi il est crucial d'“imposer aux entreprises polluantes des efforts environnementaux inédits”. Clément Sénéchal, chargé de campagne politique climatique de Greenpeace France, nous en dit plus sur cette proposition, et critique sévèrement le bilan d'Emmanuel Macron en matière d'écologie, trois ans après son élection.

Vous publiez ce jeudi un rapport sur les liens entre marchés financiers et climat. Que démontre-t-il ? Malgré l’Accord de Paris, est-il toujours possible de s’enrichir sur des activités polluantes ?

Clément Sénéchal - Nous montrons pourquoi la France est sur une trajectoire incompatible avec l’Accord de Paris et ne tient pas ses propres objectifs climatiques. D’abord, les multinationales f

Lire la suite sur lesinrocks.com