"Dix pour cent" : ce coup dur pour Nicolas Maury

·2 min de lecture

Nicolas Maury s'est confié très ému au Journal de 13h sur France 2. Celui qui interprète le personnage d’Hervé dans la série à succès Dix pour cent dont la dernière saison est diffusée sur France 2 cet automne, s’est lancé dans une nouvelle aventure. L’acteur est aussi réalisateur dans son premier long métrage Garçon chiffon qui raconte l’histoire de Jérémie, interprété lui même, comédien en perdition dans sa vie professionnelle mais aussi dans sa vie amoureuse qui décide de retourner se ressourcer dans le Limousin auprès de sa mère (interprétée par Nathalie Baye). Jérémie est un passionné et on ne peut éviter de faire le rapprochement avec l’acteur-réalisateur qui signe un film tout en sensibilité.

Le mercredi 28 octobre 2020, Emmanuel Macron a annoncé de nouvelles mesures de confinement. Une mauvaise nouvelle pour le monde de la culture avec la fermeture des salles de cinéma. Quelques heures après la sortie du projet de Nicolas Maury, la nouvelle est tombée. Un air de déjà vu pour le réalisateur, dont le film faisait partir de la Sélection officielle du festival du Cannes, annulé au printemps.

Sur le plateau de France 2, l'acteur s'est confié : "C'est comme une sorte de catastrophe pour mon film, mais mon film ressortira". Le comédien espère que les salles survivront à cette période compliquée, et que le public sera au rendez-vous.

Le dernier confinement et le couvre-feu ont déjà été un coup dur pour les salles de cinéma, leur fréquentation ayant fortement baissée ces six derniers mois. Les cinéphiles n’ont que deux solutions : se rabattre sur les plateformes qui ne manquent pas de moyens pour étoffer leurs programmation ou attendre patiemment la réouverture des salles obscures.

Nicolas Maury reste quand à lui plutôt optimiste et ajoute devant les caméras de France Télévisions : "Si on coupe tous les cinémas, mon film se relèvera et ce message d’espoir pour dire que de toute façon, les cinémas ne fermeront pas, on sera là pour se battre" .

À lire aussi : Dix pour Cent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite