DIY : je crée des teintures avec mes plantes

Si les végétaux renferment de nombreuses molécules qui leur donnent leur couleur, leur organe colorant n’est pas toujours le plus vif et ne se situe pas au même endroit selon l’espèce : chez la rhubarbe, c'est le limbe de la feuille, chez le sureau, les baies, etc. Par ailleurs, vous n’obtiendrez pas forcément la couleur que vous imaginez : la bruyère à fleurs roses produit une teinte jaune dorée, la fleur d’iris bleue une coloration verte...

Les teintures végétales donnent de bons résultats sur des fibres naturelles, mais réussissent moins bien, voire pas du tout, sur des fibres synthétiques. Lavez soigneusement les tissus pour éliminer tous les apprêts.

Pour les textiles en fibres végétales uniquement (coton, lin, chanvre...), commencez par l’engallage. Cette étape consiste à faire tremper les matières à teindre dans un bain de tanin. Pour cela, faites bouillir pendant 1 heure (dans un volume d’eau suffisant pour pouvoir ensuite y plonger les textiles) des feuilles de sumac (30% du poids à teindre) ou d’autres feuillages riches en tanins (100% du poids), comme les feuilles de ronce. Filtrez la décoction et hors du feu, immergez vos textiles pendant 1 heure. Soie et laine n’ont pas besoin de ce traitement. Toujours pour les fibres naturelles, procédez ensuite au mordançage, qui va permettre aux fibres de fixer les pigments.

Une étape nécessaire pour donner du "mordant" à l’étoffe. Faites tremper le tissu dans 20 l d’eau additionnée de 150 à 200 g d’alun / kg de linge. Si votre (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite