Charles de Gaulle l'a rendue célèbre mais d'où vient l'expression "la chienlit" ?

·1 min de lecture

Il y a cinquante ans jour pour jour, le général de Gaulle s'éteignait. Dans les dernières années où il est au pouvoir, les événements de 1968 éclatent. Ouvriers, étudiants et travailleurs en général sont dans la rue pour dénoncer la politique du président. C'est alors qu'il prononce, le 19 mai 1968, face aux journalistes juste à la sortie du conseil des ministres, une formule restée célèbre : "la réforme, oui ! La chienlit, non !". "La chienlit" est un synonyme de désordre. Dans ce cas précis, d'un désordre social. Cette expression nous ramène donc toujours à ce moment-là de l'Histoire de la cinquième République. Mais quelle est l'origine de ce mot ? Stéphane Bern répond à cette question dans sa chronique Le mot de la fin sur Europe 1.

Une injure qui apparaît au 16ème siècle dans la littérature

Si l'on remonte un peu, le terme apparaît pour la première fois en 1534 dans Faits et dits du géants Gargantua et de son fils Pantagruel, de Rabelais. Parmi une liste d’insultes, on trouve "chienlictz" un mot composé de "lit" et de "chier" : c’est l’ancêtre de l’enquiquineur. L'injure dénonce, selon le journal Le Monde, "le fouacier c'est-à-dire, les fabricants de fouaces, des pains cuits sous la cendre". 

Le chienlit au carnaval de Paris

Mais il existe une seconde explication à ce terme. Un "chienlit" était un personnage typique du carnaval de Paris, une fête populaire où toutes les excentricités étaient possibles. Cette fête s’est tenue du 11ème au 15ème siècle dans la capitale. 

...
Lire la suite sur Europe1