Docteur, changez la couleur de mes yeux

Pour modifier la teinte de son regard, on peut porter des lentilles de couleur… ou bien la changer définitivement. On appelle cela la kératopigmentation annulaire esthétique. Ou, plus sobrement, la chirurgie du regard. Une opération qui rencontre de plus en plus d’adeptes. Même à leurs risques et périls.

La couleur des yeux provient de la quantité de pigments (mélanine) présents sur l’iris et du reflet de la lumière sur ces derniers. « Si on a peu de pigments, on a les yeux bleus. Un peu plus, et ils sont verts. Et si on en a beaucoup, on a les yeux marron », résume le Pr Philippe Denis, chef de service d’ophtalmologie à l’hôpital de la Croix-Rousse à Lyon et président de la Société française du glaucome. Pour changer la couleur des yeux, il existe trois méthodes. Deux interviennent sur l’iris : la dépigmentation laser et la pose d’implants en silicone coloré (iris artificiels). « Ces deux méthodes devraient être totalement prohibées car on peut devenir aveugle ! » alerte le Pr Denis.

Lire aussi:Chirurgie esthétique : opération rajeunir !

La troisième technique, la plus sûre, prend le nom de kératopigmentation annulaire esthétique. Autrement dit une coloration de la cornée, le « hublot » extérieur de l’oeil. La couleur injectée vient alors camoufler l’iris, sans y toucher. On doit cette technique au docteur français Francis Ferrari, diplômé de la faculté de médecine de Strasbourg et de la clinique universitaire de Tübingen, en Allemagne, spécialisé dans la chirurgie réfractive et de la cataracte depuis 1994. L’idée de changer la couleur des yeux lui vient en 2011, lors d’une discussion en ligne avec des collègues ophtalmologues.

Lire aussi:Chirurgie esthétique : quand le selfie dicte sa loi

« Ils évoquaient la dangerosité des méthodes de la dépigmentation laser et des implants. J’ai alors trouvé dommage qu’une solution plus sûre n’existe pas. C’est là que j’ai pensé à ma technique de coloration de la cornée. Au moyen d’un laser femtoseconde (le même que pour l’opération de la myopie dans la plupart des cas, NDLR),(...)


Lire la suite sur Paris Match