Publicité

Doctolib veut pousser davantage de pères à prendre rendez-vous pour leurs enfants

“Demande à maman.” Face à la maladie de leurs enfants, les mères de famille sont, là encore, en première ligne. Selon des chiffres communiqués par la plateforme de prise de rendez-vous en ligne Doctolib à France Inter, les femmes se chargent des rendez-vous chez le médecin dans 85 % des cas, quand leurs enfants sont malades. Une preuve concrète de la charge mentale qui pèse sur elles. Pour tenter de les soulager, voire de créer une égalité entre père et mère sur ce sujet, Doctolib a annoncé, le 8 mars, deux nouvelles fonctionnalités. D’abord, le compte des enfants sur la plateforme pourra désormais être partagé. Plus question, donc, pour l’un des parents de se cacher derrière l’excuse des mots de passe manquants, par exemple. “Jusqu’à maintenant, le compte d’un mineur ne pouvait être géré que par un seul adulte. Désormais, grâce à ce partage de compte, les deux parents vont pouvoir gérer la santé de leur enfant. Chacun des deux adultes pourra réserver, modifier, annuler les rendez-vous et même gérer les documents médicaux”, détaille Elise Bert, directrice exécutive de la plateforme.

Seconde nouveauté : les professionel·les de santé pourront désormais déposer l’ordonnance et tout autre document sur le compte de l’enfant. Avec la fonctionnalité de partage du profil aux deux parents, chacun pourra donc s’en saisir pour emmener l’enfant faire des examens complémentaires ou simplement se rendre à la pharmacie.

Sur le même sujet ⋙ Charge mentale : près de 90% des rendez-vous chez le (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Une étude alerte sur la détresse psychologique au travail qui touche près de la moitié des Français
Vous êtes constamment épuisé ? Testez les "quiet week-ends", la nouvelle solution pour lutter contre le burn-out
Voici comment créer votre boîte à outils spéciale santé mentale grâce à l'approche AAA
Vous avez peur d’aller dormir ? Vous êtes peut-être somniphobe
Vous avez du mal à reconnaître les visages ? Vous souffrez peut-être de “prosopagnosie” ou cécité faciale