Le documentaire choc sur Armie Hammer fait réagir l'une de ses victimes présumées

Warner
Warner

A écouter Elli Hakami et Julian P. Hobbs, les créateurs du documentaire House of Hammer, le but de la série d'investigation (disponible sur Discovery+ depuis ce weekend) était de "briser les cycles de l'abus" en décryptant la prédation sexuelle de l'acteur Armie Hammer. Seulement, pour l'une de ses victimes présumées, la démarche est loin d'être productive, voire carrément nocive, rapporte le Los Angeles Times.

"Effie", jeune Européenne de 26 ans qui est la première à avoir accusé l'acteur de violences, aurait refusé de témoigner au sein du projet et aurait lancé aux producteurs qu'il était "extrêmement inapproprié de [leur] part d'exploiter un moment aussi tragique et vulnérable dans la vie de nombreuses personnes, sans aucun égard pour notre processus de guérison et notre vie privée."

"Quand je continue à crier 'non' et qu'ils continuent, ils me font penser à Armie"

Pour rappel, c'est Effie qui, en 2021, a porté plainte contre Armie Hammer puis publié sur son compte Instagram le traumatisme dont elle aurait été victime. Des posts qui "ont inspiré deux des ex-partenaires d'Armie Hammer, Paige Lorenze et Courtney Vucekovich, à partager des histoires de leur relation avec l'héritier et acteur", relate Vanity Fair.

Dans le documentaire, pas d'Effie, ni de Paige Lorenze. L'influenceuse (et ex de Hammer) Courtney Vucekovich en revanche, a bien accepté de participer, comme Julia Morrison, qui a reçu des messages privés de la part du...

Lire la suite


À lire aussi

Les victimes présumées du YouTubeur Léo Grasset réagissent après les révélations glaçantes
Ryan Murphy sort un documentaire choc sur les "thérapies de conversion"
April Benayoum, Miss Provence, victime de propos antisémites : le gouvernement réagit