Dominique Besnehard : « Je ne peux pas vivre sans les acteurs »

Anne Michelet
·2 min de lecture

Dans « Artmedia, une histoire du cinéma français »*, l’ancien agent des stars raconte la saga de l’agence qui a inspiré la série « Dix pour cent ». Chaleureux et passionnant, il est unique.

Après votre biographie, Casino d’hiver, pourquoi avoir écrit ce livre sur Artmedia ?
Dominique Besnehard -
Mon éditrice voulait passer de la fiction à la réalité et raconter l’histoire de l’agence qui a inspiré ASK dans Dix pour cent. La série n’est pas un copier-coller de ce que j’ai vécu, mais aborde de vrais enjeux, dont les luttes de pouvoir. Avec ce livre, je voulais aussi raconter l’histoire d’une marque, Artmedia, et d’un métier que j’aime et qui, selon moi, doit rester artisanal, même s’il s’exerce dans une industrie. Sans quoi on en perdra la sève. Ayant été l’un des protagonistes de l’histoire, j’ai demandé à la journaliste Nedjma Van Egmond de mener les interviews et l’enquête. Elle a fait un formidable boulot.

Rentrer chez Artmedia était mission impossible ?
Dominique Besnehard -
Je suis arrivé à débuter dans ce milieu sans aucune relation. Artmedia était une vraie forteresse et, à l’heure où Internet n’existait pas, il était vain de se procurer une liste d’agents ou leurs contacts. C’était l’inaccessible étoile, et j’ai cru que je n’y parviendrais jamais.

Très vite, j'ai su que je ne pouvais pas être acteur.

Quelle a été votre force ?
Dominique Besnehard - Ma lucidité. Je ne me racontais pas d’histoires, on ne m’attendait pas. Je vivais à Houlgate, où j’écrivais des fiches sur les pièces et fictions que je voyais, je faisais du théâtre au lycée avec mon...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi