Le don de congés aux personnels soignants divise

Ophélie Daguin

La proposition de loi permettant aux salariés de donner des congés sous forme de chèques vacances aux soignants ne semble pas faire l’unanimité au sein de la classe politique comme chez les premiers concernés.

Réelle mesure solidaire ou politique de l’autruche ? Mardi 2 juin dans la soirée, l’Assemblée nationale a voté une proposition de loi LREM (La République en marche), ayant pour but de permettre aux salariés de « donner » des congés aux personnels soignants, sous forme de chèques vacances. Cette mesure, adoptée en première lecture avant son examen au Sénat, veut faire appel à la solidarité des Français envers les travailleurs du domaine hospitalier en première ligne depuis le début de la pandémie de Covid-19. La loi « monétise des jours de repos des salariés sous forme de chèques vacances pour les soignants », a expliqué le rapporteur LREM, Christophe Blanchet. Mais cette dernière, qui devra ensuite être précisée par décret, ne « se substitue pas aux mesures de grande ampleur nécessaires pour donner davantage de moyens à l’hôpital », a-t-il tenu à rappeler.

Pour Muriel Pénicaud, ministre du Travail, « cet acte de générosité permettra dans le même temps de contribuer à la relance du secteur du tourisme très fortement affecté » ces derniers mois, à cause du virus meurtrier. Elle a ensuite précisé que les conclusions du « Ségur de la Santé », cycle de négociations lancé le 25 mai dernier ayant pour objectif d’étudier les hausses des salaires, le temps de travail et les moyens promis aux soignants, « sont attendues en juillet ». 

L’opposition s’indigne

Ce dispositif, censé jouer la carte de la solidarité...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi