Don du sang : une étude révèle un effet bénéfique inattendu sur la santé

·1 min de lecture

Plus d'un million de personnes ont donné leur sang en 2020, selon l'Établissement Français du Sang (EFS). Or, les dons se font de plus en plus rares et les réserves baissent petit à petit. Pourtant, cet acte permet de sauver des vies. Il aurait même un effet bénéfique inattendu sur la santé des donneurs. C'est ce qu'avance une nouvelle étude américaine, publiée le 8 avril dernier dans le JAMA Network.

Pendant plusieurs semaines, les scientifiques ont suivi un groupe de 285 pompiers. 190 d'entre eux ont donné leur sang ou leur plasma, tandis que les 95 autres n'ont rien donné. L'objectif était de vérifier si les dons pouvaient réduire les taux de substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées (PFAS) dans le sang. Selon les chercheurs, elles peuvent être associées à de nombreuses maladies telles que le diabète, l'obésité ou encore certains cancers.

Comme l'indique Robin Gasiorowski, hématologue et auteur principal de l'étude, dans un communiqué, les résultats sont sans appel : "Les dons réguliers de sang ou de plasma ont entraîné une réduction significative des niveaux de PFAS dans le sang, par rapport au groupe témoin." Il ajoute que "le don de plasma a été l'intervention la plus efficace". En effet, elle a permis une diminution de 2,9 ng/ml des substances toxiques (soit environ 30%) contre 1,1 ng/ml pour le don de sang.

Bien que ces résultats soient prometteurs, des analyses plus poussées sont nécessaires. Mais le don du sang, lui, n'attend pas. Selon l'EFS, un don du sang (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles