« Donner un sens à sa vie » serait essentiel pour rester en bonne santé malgré la vieillesse

Les personnes âgées qui ont un « objectif » ont tendance à être en meilleure santé. [Photo: Getty]

Donner du « sens à sa vie » pourrait être la clé pour rester en bonne santé malgré la vieillesse, d’après la recherche.

Des scientifiques de l'université de Californie à San Diego ont étudié plus de 1 000 personnes âgées entre 21 et 100 ans et plus.

Ils ont constaté que les personnes âgées de 60 ans et plus qui avaient un « objectif » étaient en meilleure forme physique et mentale.

La satisfaction ressentie au cours d’une vie pourrait motiver les personnes âgées à mieux prendre soin d’elles.

L'espérance de vie au Royaume-Uni par exemple était de 79 ans pour les hommes et 82 ans pour les femmes en 2017, d'après l'Office for National Statistics.

Être en bonne santé permet à beaucoup de vivre jusqu’à 70 ans et au-delà, mais de nombreux maux, comme les maladies cardiaques, le cancer, la démence et l'arthrite, deviennent de plus en plus courants avec l'âge.

Des scientifiques souhaitaient découvrir si donner du sens à sa vie pouvait avoir un impact sur le bien-être.

« Quand nous sommes jeunes, une vingtaine d’années par exemple, nous avons des doutes à propos de notre carrière, de nos partenaires, de qui nous sommes en tant que personne », a déclaré Dr Dilip Jeste, l'auteur de l'étude.

« Nous cherchons à donner un sens à notre vie ».

« À la trentaine, la quarantaine et la cinquantaine, les relations sont mieux établies, vous êtes peut-être marié avec une famille, et votre carrière est bien lancée ».

« La quête n’est plus aussi importante, mais la signification de la vie devient plus importante ».

« Passés 60 ans, les choses commencent à changer ».

Il précise : « Les gens prennent leur retraite et [peuvent] commencer à perdre de vue leur [sentiment] d’identité ».

« Ils commencent à souffrir de problèmes de santé, et certains membres de leur famille et amis décèdent ».

« Ils souhaitent redonner du sens à leur vie, car leur vie n’est plus la même ».

Pour en savoir plus à ce sujet, les scientifiques ont analysé des personnes qui avaient participé à l’évaluation Successful Aging Evaluation.

Les participants ont rempli un questionnaire sur le « sens de la vie » et ont précisé s’ils étaient d’accord avec certaines affirmations, comme « je suis à la recherche d’un but ou d’une mission dans la vie » ou « j'ai découvert un objectif de vie satisfaisant ».

Leur bien-être physique et mental, ainsi que leur état cognitif, ont également été évalués.

Les résultats, publiés dans la revue The Journal of Clinical Psychiatry, montrent que les participants étaient davantage susceptibles de « trouver » le sens de la vie à 60 ans.

Même si la santé est de moins en moins bonne avec l'âge, les participants qui considéraient que leur vie avait du sens était en meilleure forme.

Ces personnes signalaient également qu’elles se sentaient mieux mentalement, contrairement à celles qui cherchaient encore à donner du sens à leur vie et qui avaient des fonctions cognitives moins bonnes.

« Le monde médical commence à considérer le sens de la vie comme un facteur cliniquement pertinent, potentiellement modifiable et capable d’être ciblé afin d’améliorer le bien-être et le fonctionnement », a déclaré le Dr Awais Aftab, l'auteur de l'étude.

Le Dr Jeste prévoit de rechercher si d'autres attributs personnels, comme la sagesse, la solitude et la compassion, sont susceptibles d’avoir un impact sur la quête de sens.

« C'est une période excitante dans ce domaine, car nous cherchons à trouver des réponses basées sur des preuves bien réelles afin de répondre à certaines des questions les plus profondes de la vie », a-t-il confié.

« Nous souhaitons également déterminer si certains biomarqueurs du stress et du vieillissement sont associés à la recherche du sens de la vie ».

Alexandra Thompson