Dopamine, sérotonine, ocytocine… 8 conseils pour booster ses hormones du bien-être

·1 min de lecture

Notre corps est un grand alchimiste, il sécrète et orchestre, à temps plein, un cocktail de molécules chimiques qui orientent nos humeurs et notre façon de percevoir les événements… Et vice versa. Certaines substances sont des messagers positifs (du bien-être, de la satisfaction, de la joie…), d’autres des messagers moins agréables (stress, peur…). Mais les deux sont utiles, c’est leur déséquilibre ou les réponses inadaptées qui posent souci. On les appelle neurotransmetteurs ou hormones selon qu’ils soient sécrétés par des neurones ou des glandes. Tout un chacun peut moduler sa chimie interne et entrer dans le cercle vertueux de l’optimisme, le premier pas vers le bonheur !

Tous les sports agissent sur l’énervement et les tensions car ils mettent en route la fabrication d’endorphines et de neurotransmetteurs variés. "Mais le sport en milieu aqueux serait particulièrement actif sur la production de sérotonine, certainement parce qu’il rappelle (à notre souvenir) un bien-être gravé dans le cerveau in utero", explique le Dr Christophe Delong, médecin du sport.

La sérotonine "aquatique" est un équivalent à ce qui se fait de mieux sur le marché des antidépresseurs ! Sa synthèse au niveau du cerveau est déclenchée par les contractions musculaires (avec la production d’acides aminés par les muscles et le foie), et accrue par le massage de l’eau sur la peau. D’une manière générale, il faut retenir que plus l’organisme est entraîné à produire ces substances bienfaisantes, plus il les sécrète (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles