Je dors bien, mais j'ai toujours des cernes : pourquoi ?

·2 min de lecture

Des cernes, on en a tous eu au moins une fois. Cette caractéristique qui ne laisse pas un aspect très esthétique sur le visage est très souvent associée à la fatigue. Pourtant, ces petites marques sous les yeux ont plusieurs explications scientifiques, qui vont au-delà des mauvaises nuits, du stress quotidien et de la fatigue qui nous a toutes un jour envahies.

Et si les cernes révélaient une mauvaise circulation sanguine ? En effet, les cernes sont principalement dues à un dérèglement des tissus lymphatiques. La lymphe, kézako ? Elle a pour rôle de drainer le sang, d’assurer sa bonne circulation et de nourrir les tissus cutanés. Quand son système est déréglé, la lymphe n’élimine plus correctement les pigments regroupés sous la peau. Résultat : l’apparition de cernes. "Ce dérèglement est visible car la peau présente sous les yeux est particulièrement fine et sensible (quatre fois moins épaisse que l’épiderme du reste du corps)" justifie Céline Graziani, directrice de la formation SkinCeuticals. Comment y remédier ? En buvant assez d'eau quotidiennement ! Mais ce n’est pas tout. Les cernes peuvent aussi être provoqués par une mauvaise hygiène de vie (alcool, tabac...) ou encore la tension nerveuse. Ils peuvent également avoir des origines héréditaires, ou être associés au vieillissement cutané.

Le cerne pigmentaire se caractérise et se reconnaît par la pigmentation de la peau au niveau de la paupière inférieure. "Il est causé par une accumulation de mélanine pour les peaux claires, ou encore les personnes ayant une peau particulièrement fine, ce qui laisse facilement apparaître les vaisseaux sanguins" explique l'experte skincare. Un phénomène qu’il est possible de limiter notamment en se protégeant du soleil.

Recommandations :

1/ Le sérum AOX+ Eye gel de SkinCeuticals. L’action synergique de cette formulation est idéale pour atténuer la coloration. La phlorétine a une action inhibitrice de tyrosinase (enzyme présente dans la peau, activant la transformation de la tyrosine (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite