Douleurs nocturne : voici comment les différencier pour mieux les traiter

LaylaBird/istock

Pendant la journée, on les tient mieux à distance. On travaille, on s'occupe des enfants, on discute… et hop ! on pense à autre chose. Résultat, si elles ne sont pas trop sévères, nos douleurs nous laissent vivre et, parfois même, on réussit à les oublier. La nuit, c'est une autre affaire. Chroniques ou aiguës, quand elles nous tirent du sommeil, elles nous lâchent difficilement. Ce que nous avons réussi à occulter le jour, parce que nous sommes absorbés par nos activités, resurgit quelquefois sous forme de manifestations physiques très désagréables. « Je me réveille très souvent à cause de maux de ventre vers 4 heures du matin, avec des spasmes, per-suadée d'avoir une maladie grave. L'angoisse me taraude et je n'arrive pas à me raisonner, malgré tous les examens que j'ai passés et qui ne montrent aucune anomalie », témoigne Michèle, 42 ans.

Aïe, mes dents !

On l'aura tous remarqué, quand on souffre des dents, la douleur devient plus intense et pulsatile en pleine nuit. Ce qui ne signifie pas que le problème empire. En cause, tout simplement, la position allongée, qui draine l'afflux sanguin dans la dent déjà enflammée, ce qui exerce une pression supplémentaire. Il suffit de s'asseoir pour ressentir un apaisement. La parade ? Dormir avec un oreiller volumineux ou, encore mieux, en surélevant la tête du lit avec quelques livres. Il faut aussi éviter de poser sa tête sur le côté douloureux, car la chaleur liée au contact...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles