Douleurs pendant l'amour : les solutions de la sexologue

Arthrose, diabète ou cholestérol : nous évitons prudemment de nous en plaindre auprès de notre conjoint. Nous n’apprécions d’ailleurs pas non plus qu’il se montre trop bavard au sujet de ses rhumatismes. Quel pire remède contre l’amour que les soucis de santé ? « Même si c'est terriblement injuste, le corps qui souffre n’est pas sexy et n’éveille pas le désir. Comme s’il était d’emblée exclu du registre de l’érotisme et du plaisir », constate Valérie Cordonnier, sexologue. Alors, discuter avec notre chéri de nos petits dysfonctionnements génitaux, nous n’y pensons même pas !

Quand la douleur se fait trop vive au moment des rapports, nous trouvons toutes sortes de prétextes pour détourner ses assauts... ou bien nous souffrons en silence. Avouer que nos galipettes, censées se dérouler sous le signe du plaisir et de la volupté, tournent en réalité au pensum est inenvisageable. « Les femmes se sentent coupables de leurs douleurs, honteuses, comme si elles avaient failli en n’étant plus totalement "opérationnelles" pour l’amour physique. L’inconscient collectif les renvoie à leur supposée incapacité à maîtriser leurs émotions : une femme qui se plaint de souffrir craint toujours de passer pour une hystérique », analyse-t-elle. Et les médecins, ne pourraient-ils pas être de précieux interlocuteurs ? Ils pourraient... mais malheureusement, la médecine est avant tout pensée pour les hommes. « Autant la recherche médicale se passionne pour les difficultés érectiles masculines, autant elle (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles