La draisienne, bonne ou mauvaise idée pour préparer votre enfant au vélo ?

Elle est incontournable depuis plusieurs années dans les parcs, sur les chemins de campagne et en ville sur les trottoirs : la draisienne, ce petit vélo sans pédales, fait un vrai tabac auprès de vos bouts de chou. Quels sont les plus et les moins de ce petit transporteur ? On fait le point.

Votre enfant grandit et a la bougeotte : il est grand temps de lui proposer un petit moyen de transport pour qu’il puisse se déplacer à sa guise (toujours sous votre surveillance, bien entendu). Lui proposer le vélo avec petites roulettes vous semble encore un peu prématuré ? Pourquoi ne pas passer par la case draisienne : voici les plus et les moins de ce petit vélo plebiscité par les touts petits (et les plus grands !)

A partir de quel âge débuter la draisienne ?

Techniquement, votre enfant peut commencer à utiliser la draisienne dès que la marche est maîtrisée… donc potentiellement assez tôt, dès qu’il en aura assez d’évoluer assis sur le petit camion sympa mais un peu limité que lui ont offert papy et mamie pour son premier anniversaire. Comme l’explique le site spécialisé Cyclable, la draisienne va permettre à votre petit de tester son équilibre (dans un premier temps) puis de l’améliorer. Il va aussi au fur et à mesure comprendre comment propulser son vélo en s’aidant de ses petites jambes, à gérer sa force, et à optimiser la coordination de ses petits membres. Vous l'aurez compris : un enfant passé par la case draisienne saura sans doute plus rapidement gérer l'équilibre sur le vélo de grand quand il y passera.

Autre avantage non négligeable de l'objet : un enfant qui n'est pas encore physiquement capable de bien utiliser une draisienne n'arrivera pas à la contrôler et donc à l'utiliser, signe qu'il...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi