Drive-in Festival : des projections en plein air pour aider le cinéma français

Ophélie Daguin

Le premier Drive-in Festival débutera à Bordeaux, le 16 mai prochain, avant de sillonner les routes de France. L’occasion de se faire une toile tout en aidant les salles de cinéma. Explications.

Depuis le début de la quarantaine, l’industrie cinématographique est mise à mal. Face à l’ampleur de l’épidémie de coronavirus, les salles de cinéma ont été contraintes de fermer, les films ont dû repousser leur sortie et les plateaux de tournage ont été désertés. On pense notamment à celui de « Adieu Monsieur Haffmann », dont les décors ont ainsi figé une partie du quartier de Montmartre, dans les années 1940. Alors, pour tenter de venir en aide aux salles et distributeurs en difficultés, un collectif d’acteurs et d’actrices du secteur culturel se sont associés, sous l’égide de Mathieu Robinet (ex-directeur de Bac Films), pour organiser le premier Drive-in Festival. Cette association à but non lucratif reprend le concept des drive-in américains pour que les cinéphiles puissent de nouveau aller voir un film, sur grand écran, mais depuis leur voiture. Une façon de se divertir tout en respectant les gestes barrières préconisés par l’État. « En pleine crise du Covid-19 et pour la première fois depuis que le cinéma existe, les salles ont été contraintes de fermer leurs portes, peut-on lire sur le site de l’événement. C’est pourquoi nous avons décidé de nous réunir pour créer un festival itinérant et solidaire, pour aider les salles et distributeurs en difficultés et garder le lien avec les spectacteur.trices.s. ».

Un festival engagé

Si le Drive-in Festival souhaite divertir les Français pendant cette période...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi