Droit à l'IVG : les États-Unis autorisent la vente de pilules abortives en pharmacie

Pexels

Ces derniers mois, le droit à l’avortement ne cesse de reculer aux États-Unis, notamment depuis l’abrogation de l’arrêt Roe v. Wade par la Cour suprême, en juin 2022, annulant la protection constitutionnelle de l’IVG au niveau national et laissant ainsi à chaque État la possibilité d’interdire ou de restreindre son accès pour toutes les femmes. C’est par exemple le cas de l’Arizona et de l’Indiana. Dans ce contexte de forte restriction, les pilules abortives, qui se retrouvent par conséquent au centre des débats juridiques et politiques autour de l’interruption volontaire de grossesse, sont de plus en plus demandées et utilisées dans le pays.

Ce mardi 3 janvier, l’Agence américaine des médicaments (FDA) a annoncé que la vente de pilules abortives va prochainement être autorisée dans les pharmacies, comme le rapporte le HuffPost. Cette annonce devrait donc représenter une avancée considérable pour celles qui désirent mettre un terme à leur grossesse. La pilule concernée est la mifépristone, le premier des deux médicaments utilisés généralement par les cliniques pratiquant des avortements dans le pays, ont précisé Les Échos.

L’accès à cette pilule abortive sera néanmoins soumis à quelques conditions. Tout d’abord, elle sera uniquement disponible sous ordonnance et dans les pharmacies situées dans les États où l’IVG est autorisée. Ensuite, le choix appartiendra aux pharmacien·nes - qui devront certifier qu'iels ont les connaissances et la capacité de traiter les femmes ayant recours (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Affaire Andrew Tate : l'influenceur aurait déjà été arrêté pour viol en 2015, mais jamais inquiété
En Iran, les femmes qui ne portent pas le voile en voiture recevront un SMS de contravention
"Ça transforme les viols en sous-crimes" : les crimes sexuels ne sont désormais plus jugés en cour d'assises
#JauraisFaitCommeElle : Priscilla Majani condamnée en appel à 2 ans et 9 mois de prison ferme
La Barbade pourrait demander des réparations à Benedict Cumberbatch à cause de ses ancêtres esclavagistes