Droit à l'avortement aux USA: la principale organisation de planning familial promet de "se battre"

Une femme manifestant à New York pour le droit à l'avortement, le 26 mai 2022. PHOTO D'ILLUSTRATION - Timothy A. Clary
Une femme manifestant à New York pour le droit à l'avortement, le 26 mai 2022. PHOTO D'ILLUSTRATION - Timothy A. Clary

Dans une volte-face historique, la très conservatrice Cour suprême des Etats-Unis a enterré ce vendredi un arrêt qui, depuis près d'un demi-siècle, garantissait le droit des Américaines à avorter mais n'avait jamais été accepté par la droite religieuse.

Cette décision ne rend pas les interruptions de grossesse illégales mais renvoie les Etats-Unis à la situation en vigueur avant l'arrêt emblématique "Roe v. Wade" de 1973, quand chaque Etat était libre de les autoriser ou non.

Continuer le combat

Depuis, les réactions ne cessent d'affluer. La principale organisation de planning familial à d'ores et déjà promis de continuer à "se battre":

"Vous ressentez sans doute beaucoup d'émotions - de la douleur, de la colère, de la confusion. C'est normal, nous sommes avec vous et nous n'arrêterons jamais de nous battre pour vous", a tweeté Planned Parenthood.

L'ancien président américain Barack Obama a accusé de son côté la Cour suprême d'avoir "attaqué les libertés fondamentales de millions d'Américaines", après la décision vendredi de l'institution de révoquer le droit à l'avortement.

"Aujourd'hui, la Cour suprême a non seulement renversé près de 50 ans de précédent historique, elle laisse également au bon vouloir des politiciens et idéologues la décision la plus personnelle qui soit", a déclaré l'ancien président démocrate sur Twitter.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles