Publicité

Droite ou gauche ? Nos opinions politiques nous rendent plus vulnérables à la dépression

Nicola Barts

Notre façon de penser et d’envisager le monde, nos idéaux et nos opinions façonnent-ils notre santé mentale ? Autrement dit, notre couleur politique a-t-elle un effet sur notre propension à la dépression ? Oui, selon plusieurs études. Plus précisément, les personnes votant à gauche souffriraient davantage de dépression, indique 20 Minutes. Mais la réalité est un peu plus complexe. Car si la corrélation semble bel et bien exister, “on ne sait pas si la dépression est la cause ou l’effet du vote”, explique Pierre Bordaberry, docteur en psychologie, auteur d’un ouvrage sur le sujet et interrogé par le quotidien. Plusieurs hypothèses peuvent être avancées. D’abord, il est possible d’imaginer qu’avoir des convictions politiques situées à gauche entraîne plus de dépression. Les idéaux d’égalité sociale, d’antiracisme, et de tolérance souvent mis à mal par l’actualité pourraient entraîner une forme de démobilisation chez les militant·es.

“Les personnes de gauche sont généralement mieux informées sur les inégalités sociales, ce qui pourrait avoir un impact sur leur moral”, explique Pierre Bordaberry. À regarder de près les inégalités et les injustices, ces militant·es se retrouveraient vite submergés par les inégalités et les problématiques qui subsistent autour d’elles. Ce qui peut susciter de la frustration et de la colère – ressorts essentiels de l’action militante – au point de vouloir s’impliquer encore davantage. Bien qu’également confrontées à des inégalités et des injustices, les (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

ENQUÊTE — La santé mentale des musiciens sur le devant de la scène : Quand la musique s’arrête (épisode 2)
Santé mentale : pourquoi le son de la pluie nous fait-il tant de bien ?
ENQUÊTE — La santé mentale des musiciens sur le devant de la scène : L’artiste torturé, un mythe du siècle dernier ? (épisode 1)
Ce médicament bien connu pourrait aider à prévenir le cancer du sein chez les femmes présentant des risques élevés
Si votre relation avec votre téléphone ressemble à ça, vous êtes sûrement anxieux