“Dropped” : un homme mis en examen pour "homicide involontaire” après l’accident mortel d’hélicoptères

C’était il y a cinq ans. Le 9 mars 2015, un accident d’hélicoptères avait causé la mort de dix personnes sur le tournage de l’émission Dropped, à Villa Castelli, en Argentine. Parmi eux, trois grands sportifs : Alexis Vastine, Camille Muffat et Florence Arthaud. Cinq ans plus tard, Peter Hoberg, un homme âgé de 50 ans, aurait été mis en examen dans le cadre de l’enquête du crash, comme le révèle BFMTV vendredi 7 février 2020. Selon les informations de la chaîne, le Suédois, ancien militaire des forces spéciales, aurait été mis en examen le 26 février 2019 pour homicide involontaire. “L'homme était chargé de la sécurité lors du tournage du programme que devait diffuser TF1, une mission que lui avait sous-traité la boîte de production Adventure Line Productions”, détaillent nos confrères.

La justice le soupçonne de ne pas avoir vérifié les compétences, les qualifications ou encore l'état de santé des pilotes. Pour l’heure, le suspect nie en bloc. Interrogé par les juges, il décline toute responsabilité. “Je pense que dans cet accident, on essaye de trouver un coupable”, affirme Peter Hoberg. “Donc, c'est simple de pointer le doigt sur moi. Je pense que cela se fait sur de fausses bases.” Au sujet de sa responsabilité dans le recrutement des pilotes, qui, comme le rappelle BFMTV, étaient retraités et qui n'avaient pas le droit de voler en formation comme le jour du crash, il ajoute : “Je ne trouve pas que c'était mon rôle de contrôler ou de mettre en question des compétences des pilotes.”

"Ce sont des amateurs criminels"

De son côté, la boîte de production a été condamnée deux fois pour faute inexcusable par le tribunal des affaires de Sécurité sociale des Hauts-de-Seine et de Lyon à verser des dommages et intérêts aux familles de deux victimes. “Si à l'issue de l'instruction judiciaire, aucune autre personne n'est mise en examen, seul Peter Hoberg, le responsable de la sécurité, pourra être renvoyé devant un tribunal”, précise-t-on. Bénédicte Méi, mère de Luci, qui faisait

(...) Cliquez ici pour voir la suite