#DryJanuary : le challenge du mois de janvier sans alcool fait le buzz

Adèle Bréau

Après quinze jours de ripaille, de bulles et autres réjouissances plus ou moins alcoolisées, le mois de janvier s’impose souvent comme l’instant détox idéal. Pour preuve, le hashtag #DryJanuary qui, d’année en année, fait le buzz sur les réseaux sociaux, s'installe en Grande-Bretagne et pourrait bien squatter nos contrées.

Parmi les challenges préférés du moment, les « dry months » remportent, depuis plusieurs années, leur petit succès auprès des adeptes de l’apéro plus ou moins fréquent qui souhaitent faire une pause de temps en temps. L’idée ? Enchaîner 31 jours consécutifs sans boire une goutte d’alcool. Un défi simple pour beaucoup, mais qui s’avère plus compliqué pour les adeptes de la coupette festive et de l’apéro du vendredi soir. Pourtant, les bienfaits d’une telle pratique s’avèrent multiples, et pas seulement pendant la durée du challenge.

Très populaire chez nos voisins britanniques, le Dry January ne compte plus ses aficionados, soutenus par des campagnes dédiées. En 2017, on estime à 5 millions le nombre de britanniques qui y ont pris part. Selon une étude publiée par l'University College de Londres, les cobayes ayant mis entre parenthèse leur consommation d'alcool pendant un mois ont ainsi recouvré un bien meilleur sommeil, réduit de 15% la graisse contenue dans leur foie et perdu en moyenne 1,5 kilo. Par ailleurs, nombre de ces dryathlètes de janvier déclarent avoir par la suite considérablement réduit leur consommation d’alcool dans les mois qui ont suivi. 

Sur les réseaux sociaux, ils sont nombreux à partager leur sobre quotidien, et à se soutenir les uns les autres dans cette quête de discipline et de nettoyage de l'organisme, Hashtag #DryJanuary2020. 

Although 2018 was so good to me in so many ways, I fell off the...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi